Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 09:43

 

 

 

Voyage à SUMATRA

 

 

 

 Février/Mars 2020

 

 

 

 

 

 

2ème PARTIE

 

 

 

BUKITTINGI

 

Vallée d'Harau

Lac Maninjau

 

 

 

 KERINCI

Kersik Tuo

Sungai Penuh

 

 

 

PADANG

Bungus

 

 

 

 

 

 

Visa

 

 

 

 

. Passeport valable encore au moins 6 mois à compter de la date d'entrée.

. Visa touristique sur place (Indonésie):

    ° gratuit pour un séjour de 30 jours.                  

    ° renouvelable pour 30 jours de plus au bureau d'immigration d'une grande ville. Délai 1 semaine : coût 35 USD. 

- Billet (bateau ou avion) de sortie du pays

 

. Visa 60 jours obtenu à l'Ambassade d'Indonésie à Singapour pour notre part : 70 SD (48 €) 

-  billet (avion ou bateau) d'entrée et de sortie du pays.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vaccination

 

 

 

 

Vaccins recommandés :

. vaccinations universelles : hépatite B, DTPC.

. Hépatite A, fièvre typhoïde.

. Suivant les secteurs ruraux et les séjours prolongés : rage et encéphalite japonaise.

 

 

 

Question argent

 

 

 

1 Euro = 14700 Rp (Rupiah indonésienne).

 

 

 

 

 

 

 

 

Question transport

 

 

 

Aérien

 

Réservation - 1010 €/2 - effectuée le 14 septembre 2019 auprès de  Qatar Airways.

Aller : Paris Singapour avec une escale à Doha le 08/01/ 2020.

Retour : Kuala Lumpur Paris avec une escale à Doha le 24/03/2020.   

Vol retour annulé: cause coronavirus.

 

Séjour à Singapour du 9/01 au 11/01/2020.

 

Séjour en Malaisie du 11/01/2020 au 9/02/2020.

 

Séjour en Indonésie du 9/02 au 19/03/2020.

 

 

Réservation 107 €/2  le 20 novembre 2019 auprès de Firefly.  

Vol Penang (Malaisie) à Banda Aceh (Sumatra) le 9 février 2020.

 

 

Réservation 146 €/2 + 2 bagages le 22 novembre 2019 auprès de Trip.com (Compagnie AirAsia).

Vol Padang (Sumatra) à Kuala Lumpur (Malaisie) le 20 mars 2020.  

Vol annulé: Aéroport KL fermé le 18/03 cause coronavirus.

 

En remplacement et dans l'urgence :

Vol Padang (Sumatra) à Jakarta (Java) le 18 mars 2020.   Achat directement à l'aéroport. 155€/2. Compagnie Garuda.

 

En remplacement et dans l'urgence :

Vol Jakarta (Ile de Java Indonésie) à Paris avec une escale à Doha le 19 mars 2020.  Achat au bureau central de la Compagnie Qatar Airways à Jakarta. 1200€/2.

 

 

 

 

Bus

 

Lac Toba (Parapat) - Bukittengi. Bus de nuit. 510km. 15h de trajet. 560000 Rp/2.

 

 

Bukittengi - Kersi Tua. Taxi partagé. 300km. 260000 Rp.

 

 

Kersi Tua - Sungai Penuh. Bemo (van). 40km. 50000 Rp.

 

 

Sungai Penuh - Padang. Minibus privé. 250km. 260000 Rp/2.

 

 

Padang - Bungus. Opelet(van). 25km. A/R. 80000 Rp.

 

 

 

 

 

 

 

Question hébergement

 

 

 

Bukittingi

 

Hello Guest House. Jl Teuku Umar. Excellent accueil de Ling -  la fille des propriétaires -  185000 Rp/nuit (petit-déjeuner compris). Ensemble très propre. Bien situé. Tb infos. Langues parlées - anglais et français.

helloguesthouse12@gmail.com.

Adresse à recommander.

 

Maninjau

 

Mutiara Guest House.  Accueil très sympathique. 120000 Rp/nuit. Maison Batak. Belle vue sur le lac. Garage pour scooter. 

Adresse à recommander.

 

Harau

 

Abdi Homestay. Jl Raya Tarengan. Harau. Bon accueil. 150000 Rp/nuit (petit déjeuner compris). Chalet dans un joli jardin. Propre. Bien situé.

ikbalharau@yahoo.com.

Adresse à recommander.

 

 

Kersi Tuo

 

Homestay Subandi. Jl Raya Lintas. 150000 Rp/nuit (petit déjeuner compris).

Bon accueil. Face au volcan Kerenci. Belle chambre.

subandihomestay@gmail.com.

 

 

 

Sungai Penuh

 

Hôtel Aroma. Jl Imam Bonjol n°14.

Accueil quelconque. 160000 Rp/nuit (petit-déjeuner compris). Hôtel sale et sans charme.

Hébergement restreint dans cette ville.

 

 

Padang

 

Kinol Homestay. Jl Imam Bonjol n°28.

Bon accueil. Bonne literie. Bien situé.

kilo.kirana@gmail.com.

 

 

 

Bungus

 

Losmen Carlos. Pasir Putih n°20. 200000 Rp/n. Bon accueil. Chalet face à la mer. Très propre. Bon restaurant.

losmen_carlos.bymaicheil@yahoo.co.id.

Adresse à recommander.

 

 

 

Jakarta

 

d'primahhotel.  2 hôtels   (Aéroport T.1A +  Ville)

Hôtel de la ville. Bon accueil. Confort.

490000 Rp/nuit (petit-déjeuner compris).

Navette gratuite A/R aéroport.

rdv.airportjkt1@primahotel.com.

Adresse à recommander.

 

 

 

 

 

 

Question au quotidien

 

 

 

 

Décalage horaire :

Le système de l'heure d'été/hiver n'est pas en vigueur à Sumatra.

Sumatra peut connaître des variations de décalage horaire avec des pays appliquant le système.

+ 6 heure avec la France l'hiver. + 5 heure de décalage l'été.

 

1 paquet de cigarettes 70000Rp.

1 thé glacé 6000Rp.

1 litre d'essence entre 8 et 10000Rp.

1 spray anti-moustiques + 1 gel douche 22500 Rp.

1 jus d'orange dans la rue 10000 Rp.

1 kg de mangues 20000 Rp.

 

 

 

CARTE  DE SUMATRA

 

 

 

Flèches en vert : avion

Flèches en rose : ferry

Flèches en bleu : itinéraire 1ère partie

Flèches en rouge : 2ème partie

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

- - - - - - - - - - - - - -

 

 

 

 

Suite du voyage à Sumatra, après l'ile de Weh, Ketambe, Berastagi et le Lac Toba.

 

 

 

 

- - - - - - - - - - - - -

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 28 février 2020

 

 

 

 

 

 

Départ en bus de Parapat, sur les rives du lac Toba à 18h. Le responsable de l'agence nous annonce 15h de route, voire plus, pour atteindre Bukittengi.

 

Lors de la réservation, impossible de choisir nos sièges. Du coup, nous nous retrouvons à l'arrière du véhicule, au niveau des roues !

 

Toilettes à bord, couverture et coussin, ça c'est le plus.  

Le froid de la climatisation et la sono à fond, ça c'est le moins.

La circulation, les virages et les nids de poule, c 'est le bonus.  

 

La Trans-Sumatra est une longue épine dorsale montagneuse ; elle relie Bandah Aceh au nord à Lampung au sud.

 

2510 km d'asphalte entre ce qui ressemble, parfois à une route nationale et, très souvent, à une départementale.

Sans entretien, un trafic intense et de mauvaises conditions climatiques (précipitations importantes, séismes, etc...) conduisent à une dégradation vertigineuse de la chaussée.

 

Chaque conducteur fait sa loi sur les routes de Sumatra, en rapport avec la taille de son véhicule et la puissance de son Klaxon !

Le code de la route existe en Indonésie, mais en réalité seul l'avertisseur fait autorité.

 

Avant la tombée du jour, nous profitons de quelques beaux panoramas sur les rizières, la montagne et des villages bien animés pour ce jour de fin de semaine.

 

 

 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Repas pour quelques courageux passagers (mais pas sérieux) vers minuit dans une cantine attenante à une mosquée. Oui, on peut dîner et prier en 45 mn !

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 29 février 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite c'est l'horreur ! Le bus (plutôt un bateau pris dans une tempête) tangue. Dans les rangées s'élèvent des "râles", des bruits incongrus.

La région est montagneuse. Un virage cache un virage qui cache un "nid de poule".

Le bus peine dans les côtes et il freine fort dans les virages serrés dans les descentes !

Je ressens de la somnolence et quelques nausées apparaissent. Je partage l'agonie de certains, mais proprement, dans un petit sac. J'ai été très prévoyant.

Denise, à son habitude, est très à l'aise.

 

Nous passons la ligne de l'équateur à hauteur de la ville de Bonjol, dans une totale indifférence.

 

Nous arrivons au terminal de la cnie A.L.S à 9h30. Je suis exténué.

Pas trop le sourire à la descente, les chauffeurs de taxi n'insistent pas.

Quelques minutes de récupération sont les bienvenues.

 

C'est en ojek (chacun sur une moto-taxi, avec notre gros sac vert sur le dos) que l'on est déposés au Hello Guest-house, en plein centre de Bukittengi.

Les 10 mn passées sur la selle m'ont bien "requinqué".

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Bukittengi et le pays Minangkabau

 

 

L'accueil de la propriétaire Ling est chaleureux et efficace. Nous posons nos bagages dans la chambre (185000 Rp la nuit petit-déjeuner inclus) avec un balcon (idéal pour le séchage de nos petites lessives).

 

Tout est parfait. Une bonne douche chaude et nous voilà dans des meilleures dispositions pour profiter de cette journée.

 

A la réception, en quelques minutes, nous avons des plans, des explications sur les sorties possibles, en prix et en transport. En grande partie en français.

 

 

A 930 mètres d'altitude, Bukittengi jouit d'un climat tempéré. La ville est considérée comme la plus hospitalière de l'ile.

 

Le centre-ville ressemble à un gros gâteau, plusieurs escaliers relient les différentes rues commerciales.

 

Le point de rencontre des habitants est Jam Gadang, une horloge construite par les hollandais au milieu d'une grande place.

Dès l'indépendance en 1945, le toit fut remplacé par un autre en forme de cornes de buffle dans le style Minangkabau.

De nombreux "carrosses" tirés par des chevaux aux pompons ridicules stationnent sur l'esplanade. 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

En général, lorsque nous arrivons le matin dans une ville, notre première visite est pour le marché, (le poumon de la cité où nous pouvons avoir un aperçu rapide du brassage des ethnies).

Dans celle-ci, il y en a deux : le plus animé et coloré est celui aux fruits et légumes.      

Nous faisons des emplettes avec des fruits (notamment une énorme pastèque) et quelques beignets. Repas léger ce soir.

 

Le retour à la chambre est ponctué par de nombreux arrêts photos.

 

Des groupes de jeunes scolaires se succèdent, calepin à la main et nous questionnent sur notre venue dans leur pays.

 

Bien sûr, ça se termine toujours par une photo, mais multipliée par le nombre d'élèves. Chacun la sienne.

Toujours demandé avec politesse et le sourire.

 

Dans la minute, la photo est postée sur les réseaux sociaux. 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

 

 

 

 

 

 

Dimanche 1er mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

Hier, lors de la réservation de la chambre, la propriétaire nous avait signalé la proximité de la mosquée et ses nuisances sonores.

On confirme, elle est vraiment proche, surtout les haut-parleurs !

 

Dès 5h, la voix mélodieuse du muezzin nous réveille par une prière chantée. Puis un prêche plus viril, pour finir par des paroles d'enfants, et ce jusqu'à 8h.

 

Petit-déjeuner (au choix continental ou indonésien) sur la terrasse de la guesthouse.

 

Notre hôtesse nous signale qu'une rafflésia est en fleur dans la forêt, près du village de Batang Palupuh

Nous laissons tous nos projets pour la journée de côté et immédiatement, nous nous rendons à la station UPDT Terminal Dan Parkir, près du marché aux fruits.

 

A 10h, nous quittons la ville en angkot (mini-fourgonnette 14000 Rp/2) en compagnie d'un jeune couple d'allemands et une habitante du village.

 

Trente minutes de trajet et nous sommes au centre de ce petit bourg, magnifique d'authenticité et de tranquillité.

 

A l'entrée des maisons les femmes travaillent la cannelle.

L'écorce du cannelier est ôtée puis raclée et nettoyée, elle est ensuite mise à sécher sur le béton avec d'autres productions locales dont le riz, des fèves de cacao et des graines de jengkol utilisées en curry ou en satay.

 

Deux guides nous attendent, le téléphone fonctionne bien à Sumatra.

100000 Rp/P pour nous emmener dans la forêt.  

 

A l'orée d'une jungle dense et exubérante, nous traversons, sur des petites digues, de jolies parcelles de culture de riz.

Les paysans procèdent au battage des épis à l'aide d'un fléau pour détacher les grains des tiges. 

 

La balade est belle à travers ces paysages d'un vert bien soutenu aux formes géométriques .

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Le sentier est escarpé et glissant, la chaleur moite. Une heure de suée et nous sommes devant la plus grande fleur au monde.

 

La rafflésia arnoldii est une plante parasite. Pas de tige, ni de feuille, ni de racine, mais une fleur à cinq grosses pétales rouges tachetées de blanc.

Au centre, son intérieur ressemble à un gâteau couleur crème avec des excroissances foncées.

Elle doit faire 60 centimètres de diamètre. Les plus grandes atteignent le mètre ! 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

Sa durée de vie est de 7 jours, son mode de vie est semblable à un champignon. Dans 2 jours elle pourrira en dégageant une forte odeur.

 

Sur le chemin du retour, le guide nous montre à quelques dizaines de mètres du sentier, un bouton floral. Celui-ci va grossir et dans quelques mois, va éclater en fleur. 

 

Entre la vue des canneliers et les rizières, les arrêts photos sont nombreux.

Les panoramas sont splendides, très exotiques.

 

Dans le village, passage obligé dans un stand de dégustation du Kopi Luak. C'est un café issu des graines ingérées puis évacuées par les civettes (petits mammifères).

Les graines sont présentées en grappes. Pas très engageant.

 

Il est réputé pour être un des meilleurs et le plus cher au monde. La responsable nous fait un cours complet sur la production locale.

 

Pas de chance pour la dame, aucun amateur de ce breuvage parmi nous.

 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Retour à Bukittengi, nous passons à la chambre pour un brin de toilette et nous repartons en balade.

 

Direction les rives de la rivière  Sianok Rod qui coule au fond d'un canyon.

Le long d'un sentier nous passons, au milieu des rizières, devant de belles demeures Minangkabau.  
 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Depuis le lit du cours d'eau, les escaliers nombreux et très pentus pour accéder au  village de Kota Gadang nous découragent. Nous avons eu notre compte de "grimpette" ce matin.

 

Nous remontons, pour raccourcir le trajet, sur les pentes d'une falaise pour revenir en ville.

Une plate-forme permet de profiter d'une vue majestueuse sur Sianok Canyon appelé aussi Ngarai Sianok, un paysage naturel, profond de 200 mètres et long de 15 km.

 

De nombreux macaques, pilleurs des dépôts d'ordures de la plate-forme ont des regards agressifs. Ils nous voient en voleurs de poubelles.

 

Sous nos pieds, le Loban Jepang, un site militaire datant de la guerre de 1945 et construit sous les ordres des soldats japonais : une curiosité touristique que l'on zappe.  

 

Le long de l'allée qui mène à Panorama Park, de nombreux artistes peintres exposent leurs toiles entre les boutiques de souvenirs. 

Un passage touristique mais très coloré.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Taman Panorama est un poumon vert de la ville avec des banyans (arbres) immenses et un terrain de jeux pour les enfants.

Un festival de chansons se déroule ce week-end.

Les artistes se suivent sur une scène avec un arrière-plan unique . 

 

Dans les allées, la frénésie du selfie a contaminé la population. 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Fin de journée à la Tour de l'Horloge. C'est le rendez-vous incontournable de la population en début de soirée.

Beaucoup de monde et étrangement peu de bruit ou de manifestation excessive.

 

Sur la place, des montreurs d'animaux font sensation auprès des enfants (python, iguane et chouette).

La course aux selfies est intense. Nous sommes sollicités en permanence.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

 

 

 

 

 

 

 

Lundi 2 mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lac Maninjau

 

 

 

Des quatre points cardinaux, les voix des muezzins exhortent les fidèles (et les autres) à la prière dès 5h.

 

Le premier repas de la journée est vite avalé et nous descendons nos gros sacs pour les laisser à la consigne de la réception.

Les passeports sont laissés en lieux sûr dans un coffre fort.

 

A 9h, nous prenons possession du scooter (65000 Rp la journée) loué à la guest-house et partons, sous un ciel parsemé de quelque nuages, en balade pour 2 jours au Lac Maninjau distant de 40 km.     

 

Les paysages sont magnifiques dès la sortie de Bukittingi. Nous découvrons une petite partie du Sianok Canyon.

La route sinueuse épouse les vallonnements de la campagne où est produit une agriculture diversifiée (cannelle, riz, maïs, mangues, etc...).

 

Nous traversons de jolis villages aux maisons traditionnelles Minangkabau, quelques unes récentes ou réhabilitées, d'autres dans leur "jus".

 

Elles ont un toit incurvé avec des pignons à plusieurs niveaux. Les murs sont ornés de sculptures florales peintes.

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Au centre du village de Matur, un panneau nous signale la direction du point de vue Puncak Lawang.

 

Quelques kilomètres plus loin, près d'un commerce, une démonstration de fabrication (à l'ancienne) de sucre roux à partir du jus de canne à sucre se déroule devant un public uniquement indonésien et très attentif.

A côté, des paysans trient des cacahuètes pour les mettre à sécher.

 

Mais si l'activité est touristique, la présentation et l'accueil est chaleureux et spontané.

Sur un étal, les produits locaux sont en vente (chips de tapioca, cannelle, cacahuètes, riz).

On trouve une petite place dans un sac pour un souvenir gustatif.

 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Nous arrivons à Puncak Lawang.

Le belvédère surplombe le Lac Maninjau. A une hauteur de 1210 mètres, la vue générale est spectaculaire, mais beaucoup de brume ce matin. Dommage ! 

 

Maninjau est une caldeira (cratère) transformée en lac, suite à une éruption volcanique.

Il s'étend sur 16 km de long et sur 7 km de large pour une profondeur de 100 mètres.

 

La descente peut être dangereuse le long des 44 virages parfois bien serrés. (Nous avons eu beaucoup de recommandations, avant de partir, de la part de notre loueur de scooter).

Main sur le frein et à petite vitesse, pas de problème.

 

 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Au village de Maninjau, nous prenons une chambre (120000 Rp/nuit), avec un balcon donnant sur le lac, au Mutiara Guest-House, dans une maison Minangkabau.

Très bon accueil de la part du propriétaire, qui nous propose son garage pour entreposer le scooter. 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

L'endroit est calme et paisible. Pas d'occidentaux au grand désespoir de notre logeur qui faisait pitié à voir lorsqu'il nous parlait de l'absence de touristes à cause du coronavirus en Chine.

 

Nous partons faire connaissance avec le village.

 

Déjeuner (pas top) typiquement indonésien dans un warung (gargote).

Nous partons vers les communes de Gasang et Batur à 3 kilomètres au nord.

 

Dans une pisciculture, des ouvriers font un transvasement de petits poissons appelés panai rinuak. Dans un anglais (plus timide encore que le mien) et avec fierté, ils nous donnent quelques informations.

 

Les poissons, transportés par des motos dans des poches, vont être déversés dans les cages flottantes du lac.

 

Le long de la route, de nombreux étals proposent du poisson séché et une variété de moule appelée pensi.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Un gros orage tropical déverse des tonnes d'eau, Denise profite de cet arrêt, pour tester les talents (mention TB) d'une coiffeuse (25000 Rp). 

 

Retour à Maninjau. Sur la place centrale, des étals de restauration se sont installés. Crèpes et beignets au menu ce soir.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

 

 

 

 

 

 

Mardi 3 mars 2020

 

 

 

 

 

 

Joie du voyage, la "douce" voix d'un muezzin nous réveille de bonne heure. Impossible de trouver une guesthouse suffisamment éloignée des haut-parleurs.

 

Nous petit déjeunons sur la place de Maninjau où se tient un marché. Thé et fruits frais (ramboutans, bananes et mangoustans), une bonne dose de vitamines. 

 

Le tour du lac, en commençant par le nord, nous donne un aperçu de la quiétude et de la sérénité de la vie locale.

 

Les paysages sont variés. Côté gauche, le lac. L'activité est intense autour des Karamba (cages à filets flottantes).

Malheureusement, l'exploitation et la surproduction des poissons contaminent le lac, par les restes de nourritures et les déjections des poissons.

 

Mais c'est une activité indispensable pour l'emploi.   

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Côté droit, la montagne avec une forêt épaisse, les rizières, les palmiers et autres arbres exotiques. La nature est superbement riche et variée.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Les paysages sont différents vers le sud du lac avec de nombreuses falaises aux parois abruptes.

Terminé les rizières, c'est le secteur du café, des bananiers et du durian, énormément de durians.

 

Même en scooter, son odeur est perceptible avant le visuel. 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Le tour du lac est terminé. Nous quittons Maninjau et entamons la montée, en "épingles à cheveux", des 44 virages (numérotés).

Là-haut, nous prenons l'itinéraire bis pour Bukittengi. Les deux routes sont parallèles.

 

Nous en prenons plein les yeux. Nombreux arrêts photos.

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

Nous sommes de retour au Hello Guesthouse, à 16h.

 

Nous réservons de nouveau le scooter pour visiter demain la Vallée de Harau et, sans temps mort, nous repartons pour un petit tour en ville.

 

Le sommet (2881 mètres) du volcan Marapi, bien visible depuis la Place de l'Horloge, est enveloppé par de gros nuages, mais nous avons un bel aperçu d'une grande partie de la ville.

 

De jolis panneaux décorés ornent la devanture d'un magasin qui vient d'être inauguré.

Ils annoncent les évènements ou cérémonies importants (mariage, etc...).  

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Un petit "break" ce soir. La carte du restaurant Bedudal Café est locale mais aussi internationale, une bonne alternative au riz.

Excellente adresse.

 

Mais pour un gourmand, difficile de résister à un rôti canai au chocolat (crêpe), servi dans un des étals qui accaparent les trottoirs la nuit venue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mercredi 4 mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Vallée de Harau

 

 

 

 

A 5h, long prêche d'une femme dans le haut-parleur du minaret. Réveillés, nous en profitons pour un appel skype avec Manuéla, notre fille.

 

Après s'être restaurés, nous quittons en Vespa la ville en direction de l'ouest pour la Vallée de Harau. La circulation est désordonnée et chaotique sur cet axe important de l'ile. 

 

Nous sommes habitués maintenant au vert émeraude des rizières et à l'architecture des maisons traditionnelles. La route serpente dans une fascinante ambiance rurale.  

 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Sur les bas-côtés de la route, des plaques rouges et jaunes sont posées sur le sol.

La curiosité nous taraude, et nous allons à la  "pêche" aux renseignements.

 

A partir d'une pâte de tapioca (rouge) ou de manioc (jaune) compressée, congelée et découpée très finement, les feuilles sont mises à sécher pour obtenir, après cuisson, des chips sucrées, salées ou pimentées. 

 

Vendues dans les marchés ou directement sur des étals, sous le nom de Kripik pour les petites et Krupuk Singkong appelées aussi Koropock pour les grosses au manioc.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

A la sortie de la ville de Payakumbuh, nous prenons la direction de la Vallée.

Un panneau à l'entrée du village de Harau, nous signale le Abdi Homestay et un petit chemin qui longe la falaise nous y mène. 

 

L'accueil est spontané et nous prenons possession d'un joli chalet (150000 Rp/nuit, petit déjeuner inclus), au milieu d'un jardin bien aménagé.

Là aussi, l'absence des touristes se fait cruellement sentir.

 

Le lieu, isolé, est paradisiaque entre la falaise où coule une cascade et les rizières.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Au pied de la falaise, le spectacle est grandiose et unique. Nous sommes invités par un jeune homme à goûter du durian, impossible de lui refuser se plaisir !

Nous avons beaucoup de chance, le fruit est jeune et son goût pas très prononcé. La chair est l'expression solide du parfum : douceâtre et tenace. ça c'est fait !

 

Il nous montre ses cacaoyers protégés par de grands arbres ; les cabosses (fruit) n'ont pas la couleur rouge obligatoire, gage de bonne maturité et donc de bon chocolat.

Pour le ramassage, il faudra attendre un peu.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Après un petit sous-bois, une vaste étendue verdoyante se présente à nous.

Un vrai panorama de carte postale.

 

Un groupe de femmes s'active dans une des parcelles de rizières irriguées par des petits cours d'eau bien entretenus. 

 

Les Minangkabau constituent la plus grande société matriarcale dite aussi matrilinéaire au monde.

L'héritage se transmet de mère en fille. Ce sont les femmes qui gèrent la propriété et le foyer.

Lors du mariage, c'est l'homme qui part habiter chez sa belle-famille.

 

En Indonésie, grand pays musulman; les femmes Minangkabau ont tous les droits.

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Dans ce tout petit village, on trouve de vraies "pépites" architecturales. Une vieille, mais néanmoins, magnifique maison traditionnelle habitée est cachée dans une impasse.

Ses murs en bois, sont ornés de motifs géométriques et floraux peints de couleurs éclatantes.

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Trois routes desservent la Vallée.

 

Nous prenons celle du centre qui mène vers la cascade Sarasah Muray. Nous serpentons entre les imposantes falaises de granit et les rizières. 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Un chemin de pierres succède à la route, où nous croisons de nombreux pilotes en motos sur lesquelles sont installés des chiens dans des cages.

Ils vont à la chasse aux sangliers qui ravagent les cultures.

 

Chasser avec des chiens considérés comme des animaux impurs est incompréhensible pour les pratiquants musulmans du pays.

Selon La Charia (loi coranique) le cochon est haram (interdit). Ce sont les chiens qui feront un festin si une bête est tuée.  

 

La cascade de Sarasah Murai dévale d'une paroi abrupte, la chute d'eau à un débit assez faible. 

Pas d'aménagement touristique et c'est tant mieux. 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

 

Retour vers l'homestay (guesthouse). 

 

Depuis ce matin, nous croisons régulièrement une moto-épicerie ambulante pilotée par une femme.

C'est la seule solution de ravitaillement pour la population des petits hameaux. Un vrai sapin de noël itinérant.

 

Ce soir, nous partageons un excellent poulet rendang au curry, en compagnie d'un couple de français.

 

Derniers regards aux alentours, pas de mosquée. On devrait faire une nuit complète !

 

 

 

 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 5 mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques nuages moutonnent au-dessus de nos têtes lorsque l'on petit-déjeune (omelette/toasts).

Habituellement, Abdi reçoit beaucoup de touristes et connait les goûts des occidentaux. 

 

Le moment de quitter ce petit paradis approche, nous faisons une dernière balade à pied, et prenons notre temps.

 

Les travaux ont repris dans les rizières. 

 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Un sentier longe la haute falaise, la végétation est luxuriante. Dans les arbres les macaques jouent les acrobates. 

 

Nous sommes surpris de trouver un bosquet constitué d'hévéas (caoutchouc). Du latex suinte des saignées faites à la base des arbres.

Cette exploitation est un complément à la culture rizicole.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

En scooter, nous prenons la route de droite dans le village de Harau, trois cascades se trouvent dans cette direction.

 

Nous découvrons un site aménagé : un grand parking pour les bus et des services de restauration.  

 

A l'entrée du chemin qui mène aux chûtes, sur un étal, de nombreuses plantes endémiques de la région sont exposées. Des orchidées, des plantes carnivores et une varieté de fougère avec une base à la texture poilue, couleur orang-outan. 

 

Cachées dans la jungle, deux cascades sont particulièrement prisées par les locaux, Aka Bearayun et Sarasah Bunta.

Le bassin de la première fait office de base de loisirs pour les enfants.  

 

Seuls touristes, après les premiers regards curieux, vient les sourires, puis une question pour le contact et...... la demande de selfies.

Impossible de résister aux sourires.

 

Belle balade, mais rien de spectaculaire.

  

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Sur la route de gauche, en direction du village de Sodok, toujours que des femmes au travail dans les rizières.

Une grand-mère qui en arrive veut absolument se faire prendre en photo avec Denise. 

 

Les paysages sont superbes, difficile de détacher les regards.

 

Rencontre avec un vieil homme et un macaque sur un vélo. Une chainette est attachée au cou du primate, celui-ci est entraîné pour récolter les noix de cocos.

Le mimétisme dans la gestuelle est presque parfait .

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Nous quittons la Vallée.

Arrêt dans la grande ville de Payakumbuh, et déambulation dans un vieux quartier qui renferme d'anciennes maisons traditionnelles, certaines un peu délabrées.

 

Un orage de mousson nous oblige à un stop d'urgence.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Quelques minutes plus tard, en direction de Bukittengi, nouvel orage.

Nous trouvons refuge chez un marchand d'épices. Il offre à Denise une poignée de clous de girofle. (l'Indonésie est le 1er producteur mondial).

 

 

Le ciel est menaçant jusqu'au Hello guesthouse.

Fin de cette belle balade.

 

Sous une pluie continue, nous allons diner au Bedudal Café.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 6 mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Allâhu Akhbaaaaar ! (Allah est le plus grand).

Le muezzin appelle les fidèles à la prière à 4h30.

Nous sommes habitués maintenant.

 

Aujourd'hui, nous abandonnons le scooter et repartons en balade mais en se faisant porter.

 

Un coup d'oeil au volcan Marapi, bien dégagé ce matin, et direction le bas de la place de la Tour de l'Horloge, la rue qui longe l'hôtel Jogja, point de départ des opelets (van) pour les villages du sud.

 

Celui où nous voulons aller, Pandai Sikek à 15km, est réputé pour son artisanat de sculpture sur bois et tissage. 

 

Nous montons dans un opelet jaune (n°4) qui se rend à Pandai Sikek.

 

Seuls passagers à bord, nous négocions le prix à 50000 Rp (Cher).

Pour ce tarif, le chauffeur prendra "le chemin des écoliers" et nous fera découvrir, pendant 45 mn, la campagne environnante sans que nous ne lui demandions. 

 

Pour le retour (20 mn) nous paierons, dans un autre opelet avec d'autres passagers 10000 Rp/2). 

 

 

 

 

 

 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Le village est entouré par le Gunung (volcan) Marapi et le Gunung Singgalang. 

De nombreuses très belles maisons traditionnelles bordent la rue principale.

 

Grâce au système d'irrigation des rizières, chaque maison à son bassin à poissons, les insectes et les débris organiques des repas les nourrissent.

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

Les cultures maraîchères abondent sur les pentes des volcans. Les sols d'une fertilité sans égale, sont riches en éléments minéraux : piments, concombres, choux et riz.

 

Comme dans les autres régions visitées à Sumatra, les pesticides sont abondamment utilisés.

 

Le bitume de la rue centrale, sous l'effet de la chaleur du soleil, accélère le séchage du riz. Inlassablement, les femmes se chargent de le brasser et de l'étendre. 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Le village, renommé pour son tissage, abrite de nombreux ateliers.

 

Nous entrons dans une échoppe où une femme tisse le songket, un textile auquel on ajoute des fils d'argent et d'or pour créer des motifs.

 

Cette pièce de tissu est portée lors des cérémonies en sarong, en écharpe ou en couvre-chef. 

Ses créations sont exposées sur les murs, certaines coutent très chers, d'autres sont plus accessibles pour le touriste.

 

Simple et mixte, le sarong est porté fièrement par quelques anciens dans les villages à la campagne.

Les écoliers du primaire portent l'uniforme obligatoire. Les cours ont lieu le matin en général, ensuite vient l'enseignement de la religion pour les très nombreux petits musulmans.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

De nombreuses boutiques sont fermées, le tourisme est à l'arrêt, effet coronavirus certainement. 

 

Nous quittons le village à pied, pour "attraper" un opelet à Koto Bharu à 2 km.

C'est jour de prière à la grande mosquée de la ville. Le monument religieux est superbe avec le volcan Singgalan en toile de fond. 

Nous retrouvons l'agitation de la circulation des grands axes.

 

Retour à Bukittengi en opelet (10000 Rp/2).

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

De retour à la guesthouse, nous retenons un scooter pour demain.

 

La date de notre prochaine étape approchant, nous faisons réserver par Ling, un taxi partagé à destination de la Vallée de Kerinci, pour dimanche matin.

Sièges avant exigés. Apparemment la route dans la montagne est dans un triste état. 

 

Le Marapi est en feu ce soir. Le ciel nous gratifie d'un superbe coucher de soleil.

 

L'art urbain s'invite dans le centre-ville, pas du niveau des cités de la Malaisie, mais quelques fresques très réussies ornent les murs.

 

Près de notre chambre, les étals de restauration attendent les clients.

Des centaines d'hirondelles posées sur les fils électriques font un vacarme étourdissant.

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 7 mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Batusangkar et le Pacu Jawi

 

 

 

Nous sommes réveillés de bonne heure et prenons des forces au petit déjeuner.  

Le programme de la journée allie le culturel et le sportif.

Alors en en route !

 

Dès la sortie de la ville, nous contournons sur plusieurs kilomètres le volcan Marapi, et l'altitude s'élevant, nous contemplons de sublimes paysages.

Dans les rizières, la moisson se fait à la main à l'aide d'une faucille. Ensuite, les tiges sont exposées au soleil afin d'être séchées.

 

Devant nous, les paysans détachent les grains en frappant les tiges sur des bouts de bois.  

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

Rao Rao pourrait-être élu un des plus beaux villages de Sumatra.

 

Des rues et ruelles bordées de nombreuses maisons Minangkabau, les abords sont propres et peints par la population.

 

Pour attirer le touriste, le village bénéficie de la proximité du palais de Batusangkar. Nous sommes sous le charme.

C'est d'un calme reposant et les quelques habitants que nous rencontrons sont très fiers de parler de leur commune.

 

A la sortie du village, nous retrouvons des tranches de krupuk singkong étalées sur le sol pour sécher au soleil.

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

La cité de Batusangkar, nichée entre le Marapi et le Sago, un autre volcan, fut la capitale royale du pays Maningkabau

De nombreuses maisons témoignent de son riche passé.

 

La ville est une étape incontournable d'un séjour à Sumatra.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

A 10 km de Batusangkar, le Palais de Pagaruyung (copie de l'original qui a brûlé en 2007. Tous les objets et documents précieux ont été détruits) est magnifique, construit entièrement en bois.  

 

Les billets (50000 Rp/2) d'entrée en poche, nous démarrons la visite.  

 

Son architecture est imposante. Il faut du recul pour réussir une photo. Lieu touristique, une flopée de marchands de souvenirs "squattent" la façade centrale.

Son intérieur est pauvre en mobilier d'époque mais très lumineux grâce aux tentures aux couleurs vives et chatoyantes.

 

Le décor est incontournable pour les adeptes des photos en tenue de prince et princesse ! 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Fini l'histoire et l'architecture traditionnelle, nous reprenons le scooter pour aller dans le village de Parambahan, en pleine campagne. 

 

Traditionnellement, pour célébrer la fin de la récolte de riz, des courses de buffles, appelées Pacu Jawi sont organisées, à tour de rôle, par la population agricole dans quelques villages 

 

La manifestation se déroule sur une parcelle vide de riz mais boueuse à souhait. Nous payons un droit d'entrée (50000 Rp/2).

Les spectateurs sont installés sur les berges   du terrain. 

 

On y trouve aussi plusieurs stands de restauration et un groupe de musiciens pour rythmer les épreuves.

A notre arrivée, la compétition a déjà débuté.

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Rien à voir avec une compétition ou une course. 

 

Les participants se succèdent à un rythme soutenu, en équilibre sur un genre de fine charrue et en tenant deux taureaux par la queue.

Une corde relie les animaux et le "jockey", en tirant ou en mordant leur queue, canalise les bestiaux pour qu'ils aillent dans  la même direction.  

La piste doit faire environ 60 mètres de long.

 

Pas de prix aux vainqueurs, juste la considération des spectateurs.

Par contre, les meilleurs taureaux. seront vendus à un très bon prix et gardés pour la reproduction.   

 

Pour être au plus prés du spectacle et prendre de belles photos, il ne faut pas avoir peur des  éclaboussures.  

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

La fête va se terminer. Pour Denise impossible d'échapper à la séance photo. 

 

Deux heures de route nous séparent de Bukittengi. Très beau panorama des rizières en terrasses.    

 

Un très violent orage, nous oblige à effectuer un arrêt prolongé dans la ville de Padangpanjang.

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

De retour à la chambre, nettoyage complet des vêtements. Le prix à payer pour avoir été au plus prêt de l'action.

 

Repas pizzas ce soir, un plaisir gustatif oublié depuis deux mois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dimanche 8 mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce matin, nous prenons le premier repas de la journée en compagnie de sympathiques touristes locaux, demeurant à Pekambaru une grande ville du centre de l'ile.

 

Ils n'hésitent pas, le temps d'un très court week-end, à faire 500 km aller/retour pour trouver un peu de fraîcheur.

 

Nous quittons la guesthouse à 9h après un dernier au revoir à Ling en la remerciant chaleureusement pour sa gentillesse et ses précieux conseils qui nous ont permis de passer un séjour très agréable dans la région.

 

Nous avons été prévoyants lors de la réservation du taxi partagé (260000 Rp/2), en demandant une place (pour moi) près du chauffeur. 

 

Au Terminal Aur Kuning, après avoir pris 5 autres passagers, nous pouvons enfin prendre la route pour la Vallée de Kerinci. 

 

Le conducteur doit nous déposer dans le village de Kersik Tuo.

 

Quelques jolis villages traversés, des plantations de thé et une pluie battante et continue "se met de la partie" bouchant définitivement le panorama. 

 

La route sur certains tronçons est presque impraticable du fait des trous causés par les conditions climatiques et de l'eau qui dévale (nous sommes dans la partie montagneuse), sans compter les virages incessants.

Résultat : 3 passagers malades sur tout le parcours. Nous fournirons, d'une manière continue, poches en plastique et mouchoirs.

 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

 

 

10 heures de route et le conducteur nous dépose devant le Subandi Homestay, au pied du volcan Kerinci dans la ville de Kersik Tuo. Nous prenons une chambre 150000 Rp/nuit (petit-déjeuner compris).

 

Pas de wifi, mais vue splendide sur le volcan et les plantations de thé. 

 

Nous négocions une randonnée pour le lendemain matin avec le fils du propriétaire (700000Rp) au lac Gunung Tujuh.

 

Nous étions venus dans l'espoir de faire l'ascension du volcan Kérinci.

Impossible, trop glissant suite à la pluie qui ne cesse de tomber depuis 2 jours. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lundi 9 mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Parc National de Kerinci Seblat est l'un des plus grands d'Indonésie. Il est inscrit au Patrimoine Mondial de l'Unesco.

 

Situé dans la chaîne des Bukit Barisan, le volcan Kerinci, le plus haut de l'ile à 3805 mètres, domine Sumatra.

 

Au petit matin, les voix des muezzins retentissent dans la campagne.

 

Depuis notre fenêtre, devant nos yeux, s'étale un immense "tapis vert" : des plantations de théiers.

Et malgré la déclivité de la pente, les plants de thé montent à l'assaut du volcan.

Un grand ciel bleu illumine le sommet du Kérinci et un petit panache de vapeur s'élève du cratère.

 

Toutes les conditions climatiques sont réunies pour passer une agréable journée.

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Solide petit-déjeuner indonésien (riz cuisiné) à l'homestay.

 

Nous partons en minibus avec Buddi, le fils de la maison, en direction du Mont Tujuh.

 

Au dessus du village de Pelompek, quelques nuages sont accrochés sur les 7 pics qui constituent le Mont Gunung Tujuh.

Notre guide est confiant pour la balade, la météo devrait rapidement s'arranger.

Une petite route nous mène au poste des gardes du Parc.

 

Encore 2 km à rouler et nous sommes à l'entrée du sentier, bien dessiné, pour attaquer l'ascension. Nous laissons derrière nous de nombreux caféiers et cacaoyers.

 

La partie suivante est bien plus ardue. Le chemin pierreux très incliné et raviné par les orages, monte avec quelques passages raides.

Les nombreuses racines nous servent de points d'appui.

 

Pour souffler un peu, deux haltes sont aménagées le long du raidillon.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Deux heures pour arriver au sommet et très beau panorama sur le lac. 

 

La descente, très raide, dans la grande cuvette est facilitée, sur un côté, par une corde qui sert de garde-fou.

 

Sur notre gauche le volcan Kérinci émerge dans toute sa splendeur, magnifié par un soleil éclatant. Quelques volutes de fumée s'échappent du cratère. 

 

A 1996 mètres, Le lac Tujuh, appelé "lac des sept montagnes" (c'est le nombre de pics qui l'entourent) se trouve dans la caldeira la plus haute d'Asie du Sud-Est

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Retour par le même et unique chemin. Nous croisons quelques jeunes locaux qui grimpent avec du matériel de camping pour bivouaquer sur les rives du lac.

 

Buddi a le regard "aiguisé" pour repérer la faune du parc : des singes appelés ici bandit logger, un Acanthosaura armada appelé dragon des montagnes, un scorpion particulièrement venimeux et des papillons.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Un ami de notre guide vient nous récupérer au début du chemin.

 

Belle balade avec, en prime, les connaissances du guide. 

Mais la randonnée dans le cratère peut se faire très facilement en solo.

 

De retour à l'homestay je vais voir les ramasseurs de thé. Au moyen d'une griffe mécanique, ils cisaillent les feuilles du haut. Le panorama est juste magnifique.

 

Nous avons l'habitude, dans notre région bordelaise, de voir des vignobles bien verts à "perte de vue". 

Mais là, le décor est dense et touffu : une véritable mer émeraude.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

En promenade dans la rue, nous avons le plaisir d'être invités à un mariage.

 

Tout le village se retrouve sous une grande tente. C'est un défilé permanent entre les entrants et les sortants.

C'est une sacrée organisation pour assurer le service de restauration en continu ; la nourriture et les boissons sont offertes par la famille.  

 

Les parents des mariés sont tout heureux de notre présence, nombreuses séances photos avec la population.

L'accueil d'occidentaux est vécu par la famille comme une sorte de prestige.

Denise à droit à une chanson dédicacée par un membre de la fratrie.

 

Assis sur un canapé très kitch installé sur une estrade, la journée sera très longue pour les   mariés. Avec les parents, ils serrent les mains de centaines de personnes.

Nous leurs présentons nos voeux de bonheur avant de quitter ce bon moment de partage.

Belle rencontre et un magnifique souvenir. 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

 

 

 

 

 

 

 

Mardi 10 mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Très tôt ce matin, les pétarades des motos, toutes trafiquées ont couvert les haut-parleurs des mosquées.

Les ouvriers passent par l'unique route qui mène aux parcelles maraîchères sur le volcan.

 

Buddi nous tient compagnie en attendant l'opelet (50000Rp/2) pour nous transporter à Sangai Penuh à 40 km.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Les plantations de thé recouvrent les collines autour de la Vallée.

 

Une autre mer verte ondule au bas des petites montagnes : ce sont bien sûr des rizières, omniprésentes.

 

Le conducteur nous dépose dans le centre. Nous trouvons une chambre à l'hôtel Aroma : première déception depuis le début du voyage.

Accueil désinvolte avec énormément de laisser-aller du personnel très jeune, chambre et salon à la propreté douteuse, tout est à revoir. Le choix est très limité dans cette ville, hors des circuits touristiques.

 

Dans un quartier coloré, la mosquée Agung Pondok Tinggi, construite en bois en 1874, est coiffée d'un toit de style pagode : son intérieur est très ouvragé. C'est le gardien, appelé par des enfants, qui nous ouvre les portes.  

C'est le seul site de la ville à visiter.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Pas d'offre de location de scooter à l'hôtel ou à l'extérieur.

 

Au niveau du marché central, quelques opelets (van) sont stationnés en attendant des passagers.

Là aussi nous avons des difficultés pour trouver un moyen de locomotion sérieux, nos demandes restent sans réponse...  

 

Le séjour se complique. Quid de la visite des cinq lacs que nous avions prévue ?

 

Dans un premier temps, nous nous consacrons à la recherche d'un moyen de transport pour notre prochaine destination Padang.

A la compagnie Ayu, nous achetons des billets (260000 Rp/2) en taxi partagé pour le jeudi 12.

 

 

 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Dans l'après-midi, au hasard d'un arrêt pour se désaltérer, au warung Ampera Arni, nous posons une nouvelle fois la question à la fille de la maison. 

 

Elle nous confirme les difficultés de transport pour les touristes en solo.

 

Seule possibilité pour le lac Kerinci, prendre un opelet (van) et retour en moto-taxi.

Son père nous propose alors de nous emmener, gratuitement, demain matin sur les rives du lac

 

Retour à 19h pour diner au warung. Nous découvrons la spécialité locale, du boeuf rendang, très épicé mais moelleux à souhait.

 

La jeune femme nous donne rendez-vous pour demain matin à 10h.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mercredi 11 mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A 4h30 du matin, le "muezzin est dans la chambre". La sono à fond, il se met à chanter interminablement... pour finir par un long prêche qui diffuse la parole divine.


Petit déjeuner indonésien (froid), comme la chambre, comme l'hôtel, comme le personnel !

 

Autour de l'immense terrain de sport qui fait office de place centrale, de nombreux panneaux multicolores signalent la célébration d'un évènement.

Impossible d'en connaître la raison ; pas d'office de tourisme, difficulté pour discuter en anglais à l'hôtel et avec les locaux. On voit bien qu'ici le tourisme n'est pas une priorité. 

 

A 10h nous sommes au warung. Deux employées vont assurer le service. Les plats préparés de très bonne heure par le père, cuisinier, sont déjà dans la vitrine.

 

La famille, au complet, a tenu à nous accompagner. Nous sommes très honorés.

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

Nous stoppons dans un parc au bord du lac dans la ville de Sanggaran Agung.

Photos, échanges de mail et nous nous quittons. Nous ne voulons pas abuser.

Cette aide, généreuse et désintéressée  "juste pour nous aider et nous faire plaisir", restera longtemps pour nous, un inoubliable rapport humain. 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Balade à pied le long du lac.

A quelques kilomètres, des reliques mégalithiques de pierres sculptées, datant de 2000 ans sont visibles près du village de Muak. 

 

Le panorama, depuis les hauteurs, est superbe.

 

L'activité de la pêche, les rizières sur les rives du lac ou en terrasses côté montagne sont le quotidien de la population.

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Dans l'incertitude du moyen de transport pour le retour, nous nous arrêtons dans le petit village.

 

L'accueil des habitants est particulièrement chaleureux, les locaux n'ayant pas souvent l'occasion de voir des occidentaux parcourir les ruelles de leur patelin.

 

Séance photos obligatoire une nouvelle fois.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Partout, nous rencontrons des gens en moto qui s'arrêtent pour nous demander si nous avons besoin de quelque chose.

 

De retour sur la route, un petit camion nous klaxonne pour un bonjour, on lui répond avec un signe de la main.

Le conducteur s'arrête et nous demande où l'on va et nous propose alors de nous ramener à Sungai Penuh.

 

Le commerce des épices est important dans la région de Jambi. Dans le centre-ville, des entrepôts regorgent de sacs de cannelle, l'odeur est prenante..

 

Diner très épicé avec une autre spécialité locale : du dendeng batokok, de la viande de boeuf séché au charbon de bois.

Le jus du pitaya (fruit du dragon) appelé aussi buah naga à la saveur sucrée et parfumée "éteindra le feu".

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 12 mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit déjeuner léger à l'hôtel. Si Denise "chipote" des pâtes, un thé me suffit.

 

La visite de la Vallée de Kérinci et surtout la région de Sungai Penuh, nous laisse un goût d'inachevé.  

Sans passer par une agence, le transport est trop aléatoire... à moins de prendre un taxi privé ou de disposer de beaucoup de temps.

 

Cette zone sud-ouest de Sumatra, dont la nature est époustouflante, n'est vraiment pas exploitée par le tourisme. (Et c'est peut-être une bonne chose).

Heureusement, la rencontre de la famille a été un moment fort du voyage. Nous avons été frappés par leur grande serviabilité désintéressée et leur gentillesse.

 

Mais nous trouverons, tout au long de notre séjour à Sumatra, une approche facile de la population avec, de leur part, une demande constante d'échanges verbaux ou gestuels.

 

Vers 9h, le conducteur du taxi partagé vient nous chercher à l'hôtel. Je prends place à ses côtés.

Nous avons 7h de route pour rejoindre Padang. Nous sommes sept passagers.

Même itinéraire que le trajet sur la Trans-Sumatra. Nous retrouvons les paysages de rizières et les plantations de thé.

 

 

 

raté
raté

raté

Le conducteur a le pied lourd, dans la partie montagneuse. Entre les innombrables virages serrés et les nids de poules, des râles se font entendre à l'arrière.

Notre paquet de lingettes parfumées baisse rapidement. 

 

La moyenne diminuant avec le trafic des camions, nous pouvons enfin jouir du cadre rural d'une manière plus détendue.

 

L'épicerie ambulante croule sous un bric à brac multicolore, un service indispensable dans les campagnes isolées. 

 

 

A la sortie d'un village, des fidèles font la quête auprès des usagers de la route pour la rénovation de la mosquée.

Le nombre d'édifices religieux est très important sur l'ile. De multiples ateliers d'artisans exposent le long des routes des éléments décoratifs. 

 

 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

La descente pour atteindre Padang est longue, très longue. Un immense embouteillage bloque la circulation. 

 

Dans les virages, les camions ne peuvent pas se croiser. Ce sont des habitants (contre un billet ou une cigarette) qui font la circulation.

 

Après 7h30 de trajet, le conducteur nous dépose à l'entrée de l'hôtel Kinol où nous avons réservé, par Booking hier soir, une belle chambre avec A/C et eau chaude (le luxe). Wifi excellent. 

 

Balade en ville pour repérer le dépot des bus pour Bungus, une petite ville sur la côte.

 

Excellent repas dans un resto indien.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 13 mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nuit calme, peu de circulation et le muezzin doit avoir une extinction de voix.

 

Padang en 2009, a subit un séisme de magnitude 7,6. Nous pouvons encore en voir les traces sur certains bâtiments.

 

La ville, sujette à un tsunami comme toutes les villes côtières de l'ouest de Sumatra, est bâtie à moins de 5m au-dessus du niveau de la mer.  

 

Près de la jetée qui borde l'Océan Indien nous trouvons l'O.T.

L'employé ne connaît pas les moyens de transport pour Bungus distant de 28km.  Par contre, il appelle aussitôt son père qui peut nous amener là où on veut.

On signe le registre et, à sa demande, il immortalise l'instant avec un selfie (il est très content).

 

Nous passons devant une belle mosquée au bout de la plage de sable noir de Pantai Padang et retour au centre-ville. 

Nous accélérons le pas, on souhaite rejoindre Bungus au plus vite.

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Nous trouvons la station des angkots (van) au Pasar (marché en indonésien) Raya et on négocie le prix du trajet avec un chauffeur (40000 Rp avec les sacs). Il passe nous prendre à l'hôtel car nous devons récupérer nos bagages. 

Nous sommes 18 dans un véhicule conçu pour 13 passagers. Heureusement Bungus est seulement à 1 h de route.

 

Dans le village, l'offre des logements s'étend uniquement le long de la route principale. 

L'accueil du personnel est quelconque et évasif sur le tarif, au Tin Tin homestay. Après une longue attente, nous allons voir la concurrence. 

 

Nous prenons un chalet en dur (200000 Rp la nuit) au Losmen Carlos distant de quelques centaines de mètres.

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

L'accueil est sympathique. Le chalet est face à l'océan, A/C, très propre, mais pas de wifi.

 

Nous allons acheter des fruits et des tomates, immédiatement mangés sur la terrasse du chalet.

 

La pêche traditionnelle est une activité communautaire rassemblant des hommes du village.

Sur la plage, les pêcheurs pratiquent la pêche à la senne.

 

4 matelots sur une pirogue à moteur vont déposer au large un filet (1km de longueur). Sur terre, une quinzaine d'hommes répartis en 2 équipes ramènent le filet qui forme un "V".  

Les flotteurs, à chaque coin du filet doivent arriver ensemble sur le sable.

Une vraie chorégraphie. En cadence, à petits pas, les hommes à l'aide d'une petite corde accrochée à hauteur de la taille, tirent le filet.

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

La poche où sont emprisonnés les poissons est ramenée sur le sable.

La prise est faible : petits poissons et plastiques en même quantité. Beaucoup de travail pénible pour un piètre résultat.

 

Ramasser et jeter les déchets dans une poubelle, ne fait pas partie des automatismes.

Les pêcheurs rejettent machinalement les plastiques dans l'eau. Ils les retrouveront dans quelques heures au milieu des filets.

 

Ecologie et Indonésie ne riment pas. Pas encore....

 

Une tortue s'agite dans le filet, un pêcheur l'attrape et la "plante" dans le sable.

Devant nos regards réprobateurs, il la rejette dans les flots. 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Cinq bateaux posent un filet chacun à leur tour. Les équipes ont les mêmes gestes, le même espoir d'une pêche fructueuse.

Les poissons sont vendus, à même le sable, directement à la population locale. Les pêcheurs présents se partageront le reste.  

 

En fin de journée, un colporteur ambulant à moto vient proposer quelques spécialités cuites dans des feuilles de bananier

 

Le dernier relevage de filet accompagne le coucher de soleil. 

 

Rouge ou orange... durant quelques minutes, le ciel s'enflamme, magnifique et spectaculaire.

 

 

 

 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 14 mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le silence toute la nuit. On avait un peu oublié.

Ciel bleu et température au top ce matin.

 

Bon petit-déjeuner au resto du losmen (hôtel familial). Nous sommes les seuls touristes et donc chouchoutés. 

La plage devant notre bungalow est consciencieusement nettoyée par le beau-frère de Carlos tous les matins.

Baignade, l'eau est à plus de 30°. Pas de snorkelling, le fond est sablonneux et la visibilité est très moyenne.

 

Vers 9h, les premiers pêcheurs arrivent. Le dur et épuisant labeur va recommencer. Cette activité est d'une importance vitale pour cette population défavorisée.  

 

Denise dans l'après-midi va passer des messages aux enfants dans l'hôtel voisin et réserver, par mail, une chambre au Kinol Hôtel à Padang pour les nuits des 18 et 19.

Le responsable de ce beau complexe est catastrophé : pas un client. Quatre hébergements dans cette petite station balnéaire et nous sommes les seuls étrangers.

 

Nous passons la journée entre lecture et discussions avec quelques pêcheurs qui parlent anglais.

 

Dans un filet, un poisson aux yeux verts globuleux appelé Bulan par les locaux. Il fait partie de la famille des Diodons.

Quand il se sent en danger, il se gonfle. Immangeable car toxique, il est remis immédiatement à l'eau. 

 

 

Dans la journée, d'énormes bateaux de pêche aux couleurs vives sont à l'ancre.  

Dès la nuit venue, ils prennent position au large de la baie, de grosses lampes éclairent la surface de l'eau. Une dizaine de pêcheurs sur le pont relèvent les chaluts jusqu'au petit matin. 

La technique est appelée pêche "au lamparo".

On comprend pourquoi les retours de filets sont si peu chargés pour les pêcheurs traditionnels.

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dimanche 15 mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce matin, lorsque nous déjeunons, les pêcheurs sont déjà au travail. Il n'est pourtant que 8 h 30.

 

Carlos, le propriétaire du losmen, à la dégaine un peu atypique, nous "tient compagnie".

Sa proposition pour faire du snorkelling sur des iles au large est intéressante, à la condition de partager les frais du bateau avec d'autres touristes.

Malheureusement personne n'a téléphoné. 

Il s'inquiète pour les semaines à venir : pas d'occidentaux, ni de locaux. 

 

Il nous précise le lieu pour la visite, à pied, d'une cascade à la sortie du village 

Dans une anse, à l'abri des vagues, la flottille de gros bateaux attend la nuit pour sortir.

Nous passons devant le poste de gendarmerie, un sentier chemine au milieu des rizières.

Au sommet d'une montagne nous apercevons la cascade.

 

 

 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

La cascade Air Tanjun Tingkat Tiga, a 3 niveaux.

La première "piscine", au bas de la cascade est envahit par de nombreux jeunes.

Par la droite, nous escaladons un sentier abrupt, bien signalé, mais avant, il nous faut passer sous une canalisation d'eau.

 

L'air est suffocant, heureusement une grande partie de l'ascension se fait dans la forêt. 

il faut 1h pour arriver à la plus belle chute d'eau. La vue sur la baie est superbe. 

 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Le petit village de Koto Lubuk Itam, au bas de la cascade est plein de charme. Nous croisons un tailleur ; il travaille comme ambulant, de village en village, sur un mini atelier accroché à sa moto. Insolite !

 

Nous passons la fin de l'après-midi en compagnie des pêcheurs. Le travail est fatigant, harassant. Il faut tirer pendant 2 heures pour ramener chaque filet.

Ce soir, la pêche est bonne. Les poches sont pleines de petits poissons.

 

Le soleil finit son voyage en se couchant en douceur et le ciel s'embrase, puis le disque sombre dans l'océan dans un dernier éclat.

 

Il est encore temps pour nous de profiter d'une eau à plus de 30°, le plaisir à l'état pur.  

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lundi 16 mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les appels à la prières lancés du haut des minarets se confondent, leur chantonnement glisse sur les eaux de l'océan.

Quant à nous, nous préférons l'appel à la baignade. Quelle tranquillité.

 

Au cours du petit-déjeuner, le gendre de Carlos nous tend son téléphone, Benjamin et Silviana (sa compagne) ont réussi à nous joindre.

Les nouvelles de France ne sont pas bonnes avec la pandémie du coronavirus.

 

Ils nous demandent de rentrer au plus vite car les aéroports risquent de fermer.

 

u pl
u pl

u pl

Nous aviserons à notre retour à Padang le 18.

Nous avons réservés les billets d'avion pour le 20 pour Kuala Lumpur en Malaisie. Le retour à Paris est prévu le 24. Nous voulons aller jusqu'au bout de notre voyage.

 

Nouvelle journée de repos et de détente à l'hébergement : s'assoupir dans un hamac ou discuter dans le warung (gargote) du bord de plage avec les pêcheurs en grignotant des beignets à la banane.

 

Lors du relevage des rets, les acheteuses sont en nombre, participant au tri de la pêche directement dans le filet.

 

Au milieu de l'après-midi une pluie diluvienne nous oblige à rester à l'abri.  

Nous sommes admiratifs devant les forçats des "filets" qui continuent leur ballet, stoïques, imperturbables sous des trombes d'eau. Pour un bien maigre résultat quelquefois. 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mardi 17 mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit-déjeuner copieux. Nous pouvons maintenant grimper au sommet du gunung (volcan) qui est en face du losmen.

 

La montée est rude, il fait une chaleur étouffante. Le panorama commence a bien se dessiner, nous apercevons notre chalet et les arbres en bord de plage.

Bien plus haut, nous traversons de nombreuses plantations de cacaoyers et de bananeraies.

La vue sur la baie et les rizières est époustouflante.

Dans cette montagne isolée, les modes de vie culturels persistent.

Quelques maisons abritent des familles d'agriculteurs. Nous croisons des enfants qui rentrent de l'école, les "hello" fusent. 

Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang
Voyage à SUMATRA en  2020. Bukittengi. Kerinci. Padang

Retour au losmen en milieu de l'après-midi. Le repas est englouti avec appétit.

Comme hier, à la même heure, un déluge d'eau s'abat sur la baie. Les pêcheurs continuent leur épreuve de force.

 

C'est notre dernière journée et nous remercions chaleureusement les   pêcheurs présents pour les moments passés en leur compagnie.

 

En début de soirée, nous plongeons une dernière fois dans l'océan.

 

Préparation des sacs, demain matin direction Padang.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mercredi 18 mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit dèj pris avec un peu de nostalgie. Notre séjour à Bungus, au plus près de la population, est une vrai réussite.  

Nous prenons congé de la soeur de Carlos et de son mari, le couple qui dirige le losmen.

 

Sur le bord de la route, la propriétaire du warung (gargote) de la plage nous tient compagnie jusqu'à notre installation dans l'angkot (van) (40000 Rp).

1 heure de trajet et le conducteur nous dépose à proximité de l'hôtel Kinol.

 

Le téléphone est rempli de mails.

Avant même de poser nos sacs dans la chambre, contact Messenger avec Benjamin qui nous signale la fermeture, le jour même, de l'aéroport de Kuala Lumpur pour les étrangers.

Il n'est plus temps de tergiverser. Il faut partir.

 

Là aussi, le manager est un peu triste. Nous avions fait sa connaissance il y a un peu plus de 6 jours, et il était tout heureux de notre retour au sein de son hôtel.

Rapidement, Il contacte une connaissance pour nous emmener à l'aéroport de Padang, ville que nous ne visiterons pas.

 

Au point information du petit aéroport, nous avons la confirmation de la fermeture des aéroports en Malaisie, sauf pour leurs ressortisssants. Donc plus de possibilité de nous rendre à Kuala Lumpur.

 

Nous achetons des billets pour Jakarta chez Garuda Air. Départ à 14h, en espérant trouver rapidement dans la capitale, un avion pour Paris.

 

A 16h, nous sommes dans le hall T3 de l'aéroport de la capitale de l'Indonésie, à la recherche d'un vol auprès de nombreuses compagnies.

 

Depuis près d'un mois, nous n'avions pas vu d'occidentaux.  

Aujourd'hui, c'est par centaines qu'ils errent d'un comptoir à un autre.

 

Au comptoir de Qatar,  les tarifs s'envolent.

Et ils ne veulent pas nous changer la date du billet retour, car initialement départ de  KL. et là nous sommes à Jakarta.

Les prix sont prohibitifs : 1 aller pour Paris  chez Japan Airlines 5500€, chez Turkish Airlines 2200€.  

 

Des employés de l'ambassade de France nous viennent en aide auprès d'un responsable de la compagnie Qatar, sans succès.

Mais un petit espoir. Il nous donne une adresse dans le centre de Jakarta au bureau central de la Cie. 

On abandonne les recherches, on verra bien demain.

 

Nous nous rendons avec le métro aérien (gratuit) vers le Terminal 1A. Le d'primahotel est complet.

L'employé de la réception nous indique qu'un autre hôtel de la chaine, accessible avec une navette privée (gratuite) en 20 mn, a des chambres disponibles.

Dans un quartier populaire de Jakarta, nous prenons possession de la chambre (490000Rp avec p/d).

 

Discussion skype avec Benjamin et Silviana.

Repas dans une échoppe en face, le quartier est très animé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 19 mars 2020 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Excellente nuit, l'hôtel est confortable. Nous zappons le petit déj' indonésien, un thé suffira.

 

A 7h, nous laissons nos sacs à la réception, et en taxi (140000Rp) nous nous faisons déposer au Menara BCA, un immense building tout en verre, dans le centre des affaires de la capitale.

A l'entrée, prise de température et contrôle des passeports.

 

A 9h, nous sommes les premiers au 38ème étage, dans les locaux de Qatar Airways. 

 

L'employée, elle aussi, ne veut rien savoir quant aux billets retour de cette même Cie que avons déjà mais pour un départ de Kuala Lumpur. 

 

Nous sommes donc dans l'obligation de racheter 2 places.

Nous ne mégotons pas et payons 2 billets  (1200 €)  - d'autant plus que ce sont les 2 derniers pour ce vol ce soir à 18 h.

Nous avons été aidés, dans notre tractation, par une Genevoise d'une grande gentillesse, d'origine indonésienne voyageant avec son fils et rentrant eux aussi en Europe. 

 

Retour à l'hôtel, discussion avec les enfants, achat de billets de train, Paris/Bordeaux (254€) pour le lendemain, départ depuis la gare de Roissy. Ouf !!!

 

La navette gratuite de l'hôtel nous dépose au Terminal 3 de l'aérogare.

Formalités effectuées à 15 h. Nous dépensons nos dernière rupiahs dans un restaurant japonais.

 

L'airbus quitte le tarmac à 18h. Nous atteignons Doha à 23h30.

 

Nous apprendrons, le lendemain, que l'Indonésie ne délivrait plus de visa et n'accueillait plus de touristes à partir du 19 mars. 

Le nôtre était valable jusqu'au 8 avril.

Quelques jours après, eux aussi fermaient leurs aéroports.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 20 mars 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'avion est complet, les passagers viennent de toute l'Asie. La plupart avec des masques, l'ambiance n'est pas à la fête.

 

L'avion se pose à 6h. Nous ne disposons que de peu de temps pour prendre le TGV.

 

A notre grande surprise, les formalités sont très, très rapides (5 secondes devant la police de l'air). Pas de contrôle de température, les passagers s'éparpillent sur toutes les régions de France ! 

 

L'aéroport est vide, les commerces sont fermés.

 

A la gare TGV, notre train n'est pas affiché. Immédiatement, nous prenons le RER pour la gare Montparnasse.

Nous prenons le seul train (Atlantique - sans arrêt) de la journée pour Bordeaux. Là aussi, pas de contrôle, ni sanitaire, ni de billet.

Mais il est vrai que nous sommes 5 dans le wagon. Et à l'arrivée à Bordeaux, nous serons une trentaine pour 6 ou 7 voitures.

 

La gare de Bordeaux est vide aussi, pas de TER avant la fin d'après-midi. Nous prenons le tramway jusqu'à la place Stalingrad pour accéder au départ de la ligne de bus Nouvelle Aquitaine pour Langon.

Nous sommes chez nous à 14h.

 

Fin du voyage. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avis sur la 2ème partie du voyage

 

 

 

 

 

 

Bukittengi :

 

La bonne surprise du voyage.

L'accueil, la gentillesse et les connaissances de Ling au Hello Guest-House ont contribué à la réussite du séjour dans cette superbe région.  

 

Loin de l'agitation touristique, (mais cette année tout est faussé avec le Covid-19), les balades en scooter du Lac Maninjau à la Vallée de Harau sont idéales pour découvrir des  paysages sublimes et avoir un aperçu de la culture Minangkabau.  

La chance était avec nous : 

- Une rafflesia en fleur, visible uniquement en milieu naturel. 

- La saison des courses du Pacu Jawi. Une tradition intimement liée au peuple Minangkabau. 

 

 

 

Vallée de Kerinci :

 

L'inconnu du voyage car peu de renseignements aussi bien papier que par le Net. Difficulté de déplacement (pas de location de scooter).

 

Paysages fantastiques dans le Parc, entre la nature exubérante de la jungle et les plantations (rizières et théiers).

 

Depuis Kersik Tuo, la présence d'un guide n'est pas nécessaire pour la randonnée au Mont Gunung Tujuh.

 

Depuis Sungai Penuh, la balade vers les différents lacs demande du temps pour l'organisation des transports ou opter pour       une agence.

Belle rencontre et bon moment de partage avec une famille.

 

 

 

 

Bungus :

 

Calme, repos et farniente au bord de l'Océan Indien.

 

Nous avons apprécié le confort du bungalow, l'excellente cuisine du restaurant du losmen et surtout la gentillesse de cette famille.      

La pêche traditionnelle qui perdure malgré les résultats souvent décevants par rapport aux efforts.

Les échanges partagés avec la population, avec des sourires et des gestes quand il y avait la barrière de la langue.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre avis sur SUMATRA

 

 

 

 

La population :

 

Difficile d'établir un dialogue approfondi à cause de la barrière de la langue, peu d'habitants parlent anglais.

Mais, partout, nous avons été accueillis avec le sourire. Il est vrai que nous mêmes n'en sommes pas avares.

Sumatra ayant échappé au tourisme de masse, l'attitude des populations autochtones est chaleureuse et spontanée.

 

La sécurité :

 

La situation politique du pays est considérée comme une destination sûre et calme.

Nous nous sommes toujours sentis en sécurité que ce soit dans la rue ou dans  les transports.

Les rabatteurs et chauffeurs de taxi peuvent être "pénibles", sans plus.

 

 

Les religions :

 

A majorité musulmane (90% de la population), premier pays musulman au monde, toutes les autres religions sont représentées dans le pays. 

Ces minorités religieuses ont été la cible de groupes de musulmans radicalisés.

 

Forte identité musulmane (98%) dans la région de Bandah Aceh au nord, seule région d'Indonésie à imposer la loi coranique : la charia.

 

Pour le touriste, l'appel à la prière à 4 h 30 du matin peut être un désagrément.

Très difficile de trouver un hébergement hors de portée des haut-parleurs, il y a des mosquées partout.

Mais on s'y habitue vite. Ça fait partie du voyage.

 

 

 

La gastronomie :

 

La cuisine indonésienne du fait de sa population multiculturelle est diversifiée. Beaucoup de saveurs (épices). Et tout le temps du riz, du riz et encore du riz !

Heureusement, les différentes et nombreuses façons d'accommoder les sauces font la différence. 

Etonnamment, de nombreuses espèces végétales sont cultivées sur l'ile, mais rarement consommées. 

Comme dans beaucoup de pays en voie de développement, tout part à l'exportation. Ex : le café, le chocolat.....

 

 

 

Le climat :

 

Chaleur et humidité constante. Nous avons été gâtés par le peu de précipitations, sauf en fin de séjour à Bungus avec des pluies diluviennes.  

 

Fraîcheur appréciable dans la région de Berastagi et sur les hauteurs de l'ile de Samosir

Météo excellente en général. 

 

 

 

 

= = = = = = = = = = = = = = = =

 

 

 

Le coût de la vie

 

 

 

 

Budget transport.

 

Les déplacements en bus sont lents, très lents. Souvent bondés, suivant les classes, ils peuvent être étouffants ou d'une froideur glaciale.

 

Les déplacements en bus permettent de partager une tranche de vie indonésienne.

Un réseau routier compliqué surtout dans le centre : travaux, chaussées défoncées, routes étroites donc des embouteillages, attention aussi aux animaux.

Il faut compter une vitesse moyenne de 30 km/h.

Des terminaux au confort très inégal. 

 

Budget pour deux, pour un grand  déplacement en bus = une moyenne de 450000 Rp soit environ 30 €.

 

 

 

 

Budget hébergement.

 

Tous nos hébergements ont été trouvés directement soit : 

A pied

En sélectionnant un hôtel sur les guides (GDR et Lonely).

En regardant les avis du site Booking sur le mobile.

Multitude de choix. Pas que des dortoirs dans les guesthouses, il y a toujours des chambres avec s/b privée. 

Partout la qualité de la literie est à souligner. Matelas très épais et lit extra large.

Nous avons payé 8 € pour un chalet (rustique certes) mais face à la mer. 

Il est vrai que nous y étions en février -mars, donc pas vraiment en haute saison. 

 

 

 

 

Budget nourriture.

 

On ne meurt pas de faim en Asie. On se nourrit très bien dans les warungs (gargote) ou dans les marchés.     

Un plat coûte en moyenne 2.20 €.

Très peu de dessert mais beaucoup de fruits exotiques. Délicieux en jus.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires