Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2021 5 15 /10 /octobre /2021 17:33

 

 

 

 

 

 

 

Découverte de l'ALBANIE en

septembre/octobre 2021

 

 

 

 

 

 

 

1ère partie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FORMALITES

 

 

Visa obligatoire seulement pour un séjour de plus de 3 mois.

 

 

 

 

Vaccination

 

 

 

Vaccins recommandés :

 

 

. vaccinations universelles : hépatite B, DTPC.

. Hépatite A, fièvre typhoïde.

 

 

 

Vaccination obligatoire :

 

 

. Covid 19 (deux doses) 

 

 

 

 

Question argent

 

 

 

 

 

La monnaie : le LEK (Lekë au pluriel).

Possibilité de payer en euros, mais mieux vaut changer en monnaie locale pour bénéficier d'un meilleur taux. Dans les grandes villes, il y a partout des bureaux de change (Western Union).

Septembre-Octobre 2021... 1 = 121 Lekë.

Vous trouverez des billets de 200, 500, 1000, 2000 et 5000 Lekë et des pièces de 1, 5, 20, 50 et 100 Lekë.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Question transport

 

 

 

 

Aérien

 

 

 

 

Bordeaux - Bari : direct

Bari - Bordeaux : direct

Compagnie Ryanair. 104,96 les 2 billets + 2 bagages en soute 89,98.  

Total : 194,94 pour deux (achetés le 10/08).

 

 

 

 

Maritime

 

 

 

 

Compagnie Adria Ferries

 

Billets achetés au bureau de la compagnie sur le port de Bari.

207 (A-R) pour une cabine double avec salle d'eau privative.

 

Bari - Durrës : départ 23 heures - arrivée 9 heures.

Durrës - Bari : départ 23 heures - arrivée 9 heures.

 

 

 

 

 

Terrestre

 

 

Les Bus

 

Pour les destinations "longue distance". Le confort est variable, mais les bus sont souvent équipé de l'air conditionné. Les tarifs sont très abordables.

 

Le pays est montagneux, l'état des routes est parfois dégradé, les trajets sont assez longs. 

 

 

 

 

Les Furgons

 

Ce sont les moyens de transport pour les trajets de petites distances.

 

Les minibus (9 à 18 passagers) démarrent lorsqu'ils sont pleins. Dans les stations rourières, en plus d'être bon marché, ils sont facilement répérables. Il est possible que le conducteur rajoute des sièges pliables au milieu de l'allée centrale. Les départs sont plus nombreux le matin, puis ils se raréfient en milieu d'après-midi.

Sur le bord de la route, il faut lire la destination inscrite sur une petite apposée sur le pare-brise, et il suffit de lever la main. Les passagers, au fil des arrêts, se rapprochent des premières places pour descendre plus rapidement. Beaucoup de ces minibus ne sont pas climatisés, dans la journée, ils se transforment en cocotte-minute. La proximité des sièges permet une discussion entre les personnes (même celles qui ne se connaissent pas).

 

 

 

 

 

 

Les Stations Routières

 

 

Dès les premières heures de la matinée, c'est l'effervescence autour des bureaux des compagnies et des petits bus dont l'organisation des départs laisse à désirer. Les bus touristiques et les "furgons" ont leur propre station, sauf dans les grandes villes, où ils se partagent un même lieu. Lorsque la station est à l'extérieur du centre-ville, elle est toujours facilement accessible en bus urbain.

 

 

 

 

 

 

Itinéraire et prix

 

 

 

 

Durrës - Shkodër : 110 km. 8 pour deux. 2h30 de trajet.

 

 

Bus de Shkodër à Koman. Ferry jusqu'à Fierze. Bus jusqu'à Valbona : 1 heure de bus + 2 heures de ferry + 1 h30 de bus. 35 pour deux.

Billets achetés à l'hôtel Kaducu. Société Komanilakeferry.com.

Bus et ferry : transport assuré par la Compagnie Berisha.

 

 

Theth - Shkodër : Taxi partagé. 80 kilomètres. 20 pour deux. 2 h30 de trajet.

Les prix sont plus élevés dans le nord montagneux (Theth), car il y a moins de posssibilité de transport.

 

 

Shkodër - Tirana : 100 kilomètres. 6 pour deux. 3 heures de trajet.

 

 

Tirana - Berat : 120 kilomètres. 6 pour deux. 2 h30 de trajet.

 

 

Berat - Fier : 60 kilomètres. 4 pour deux. 1h45 de trajet.

 

 

Fier - Pojan (Appolonia) : 1O kilomètres. 2 pour deux. 20 minutes de trajet.

Aller : 1er bus à 7 h30 puis 8 h30. 11 heures. 12 h30. 14 heures. 15 h30 et 17 heures.

Retour : 1er bus à 7 heures. 8 heures. 9 heures. 11 h30. 13 heures. 14 h30. Le dernier à 16 heures. 

 

 

Berat - Vlorë : 100 kilomètres. 7pour deux. 2 heures de trajet.

 

 

Vlorë - Llogara : 35 kilomètres. 7 pour deux. 1 h30 de trajet.

 

 

Llogara - Hemarë : 35 kilomètres. 7 pour deux. 1 h30 de trajet.

 

 

Hemarë - Sarandë : 60 kilomètres. 4 pour deux. 2 heures de trajet.

 

 

Saranda - Ksamil : 12 kilomètres. 1, 60 pour deux. 20 minutes de trajet.

 

 

 

 

 

 

 

 

Question hébergement

 

 

 

 

 

 

 

Shkodër

 

Hôtel Kaducu.

Rruga (rue) Studenti. Sheshi Democracia.

 

Bon accueil. Bien situé en plein centre ville. A proximité de la station des bus. Chambre spacieuse et confortable. Consigne de 2 bagages 8 pour 2 jours. Prêt de vélo.

35 la nuit avec un bon petit-déjeuner.

info@hotel-kaducu.com

À recommander.

 

 

 

Valbona

 

Valbona Eco Center Park.

Streat Azem Hadjari.

 

Accueil (en espagnol) sympathique de la famille. Superbe chalet neuf et confortable. Un cadre magnifique. Restaurant à proximité.

30 la nuit sans petit-déjeuner.  

À recommander.

 

 

Theth

 

Guesthouse Bec Villi.

Rruga Gjecaj.

 

Excellent accueil des propriétaires (raki de bienvenue). Très bonne cuisine. Vue imprenable sur la montagne. Confort et propreté de la chambre.

Un peu éloigné, du centre de Theth. Toutefois, un sentier permet de raccourcir le trajet mais uniquement de jour.

40 la nuit, diner et petit déjeuner compris. Repas du soir servi au coin de la cheminée et repas du matin sur la terrasse.

Tél : 355682302928.

 

À recommander.

 

 

 

 

Berat

 

Guesthouse BellaVista.

Rruga Petrit Lulo.

 

Accueil chaleureux des propriétaires (café offert). Vue superbe sur la citadelle depuis la terrasse. Chambre confortable, super propre. Station des bus à proximité. Près des sites classés.

20 la nuit avec un petit-déjeuner copieux et différent chaque matin.

amalialila6@gmail.com

 

À recommander.

 

 

 

 

Llongara

 

Alegria Guesthouse.

Rruga Vlore. Km 35 - Dukat.

 

Propriétaire pas très loquace. Assez loin du départ des sentiers de randonnées. Chambre confortable. Peu d'hébergements abordables dans le secteur.

35 la nuit sans le petit-déjeuner.

 

 

 

 

Himarë

 

Hôtel Billy Bar Restaurant.

Sh8 Potam.

 

Excellent accueil avec café turc et beignets. Chambre confortable avec vue sur la mer. Tranquillité des lieux et sourire de la serveuse.

Près de l'hôtel Kolagi. Bus et furgons à proximité.

22 la nuit avec le petit-déjeuner.

 

À recommander.

 

 

 

 

Ksamil

 

Villa Kléa.

Rruga Nentori 28.

 

Bon accueil. Studio équipé de 50 m2, propre et confortable avec deux balcons. Décoration raffinée. Au calme, proche de la plage (500 mètres). Très bon rapport qualité/prix.

18 la nuit. Pas de petit-déjeuner.

 

À recommander.

 

 

 

 

L'offre hôtelière est de qualité, avec des prix très bon marché. L'accueil est toujours cordial. La gentillesse du personnel et des propriétaires est à souligner. La qualité de la literie est excellente, les chambres sont décorées de façon traditionnelle et partout la propreté des sanitaires est à signaler.

 

 

 

 

 

 

 

Question au quotidien

 

 

 

 

 

 

Essence : 172-195 Lekë le litre (1,43-1,62 €) -  Diésel : 170-178 Lekë le litre (1,40-1,48 ). Prix suivant les régions.

1 birek (grand feuilleté au fromage) : 40 Lekë  (0,34 ). 1 cappuccino : 135 lek (1,10). 1 bière locale (0,50l) 140 lek. 1 bière étrangère (0,33l) 140 lek. 1 bouteille d'eau 60 lek (0,50).

1 kg de pommes ou de tomates 0,80 lek (0,60). 1 paquet de cigarettes 320 lek (2,60).

 

 

 

 

 

 

+ + + + + + + + + + + + + + + +

 

 

 

 

 

Difficile de partir pour une destination lointaine avec la pandémie du COVID 19.

Notre choix s'est porté sur l'Albanie, voisin de la Grèce, un petit pays qui n'est pas encore envahi par l'afflux de touristes. Les conditions sanitaires  sont allégées à compter de septembre 2021 : 

 

. Pass sanitaire (2 vaccinations). Contrôle à l'entrée et à la sortie du pays.

. Pas d'obligation de quarantaine. 

. Port du masque obligatoire à l'intérieur des lieux publics fermés.

 

 

Le pays possède de multiples richesses :

 

Des traditions culturelles. Des sites archéologiques. Des parcs naturels. Des monuments religieux. Des villes classées au patrimoine mondial de l'Unesco. La Rivièra albanaise avec les plages de la Mer Ioniènne et de la Mer Adriatique.

 

L'Albanie, bénéficie d'un gros avantage à cette période de l'année, avec un climat méditerranéen sur la partie littorale et doux à l'intérieur. Proche de la France, aux portes de l'Europe, le pays, petit par sa surface, est encadré par le Monténégro, le Kosovo, la Macédoine du Nord et la Grèce.

 

 

 

 

 

 

Histoire récente de l'Albanie

 

Republika e Shipërisë

 

 

 

 

Ce pays, encore méconnu, a beaucoup souffert de la fermeture de ses frontières durant la dictature de Enver Hoxha de 1946 à 1985 (date de sa mort). Le dictateur enfonce son pays dans l'isolement en le faisant vivre en autarcie, sous un régime de terreur.

La situation perdurera avec le dirigeant communiste Ramiz Alia jusqu'au renversement du régime en 1991.

 

Actuellement considéré comme le pays le plus pauvre et le plus isolé de l'Europe, l'Albanie s'est ouvert au monde et souhaite un rapprochement avec l'Union Européenne. D'après les médias, la corruption et la criminalité organisées, entravent les grandes institutions : l'État, la police et la justice en particulier.

 

Avec notre curiosité habituelle, à nous de découvrir la culture du pays, ses paysages, ses plages, son histoire ancienne et son passé récent.

 

 

 

 

 

 

CARTE  DE L'ALBANIE

 

 

 

 

Itinéraire de notre voyage

 

 

 

 

 

Flèche bleue : Ferry Bari - Durrës . Durrës - Bari.

                         Ferry Koman - Fierze

 

 

Flèche verte : trek Valbonë- Theth.

 

 

Flèche rouge : bus de la 1ère partie du périple. 

                         

 

Flèche mauve : bus de la 2ème partie du périple.

 

 

Flèche violette : Bus entre Pogradec et Ohrid en Macédoine du Nord

 

 

Flèche noire : bus de la 3ème partie du périple.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

 

 

 

 

 

 

 

Première partie du voyage

 

 

 

Shkodër

 

 

Valbonë - Theths

 

 

Berat

 

 

Parc de Llogara

 

 

 

Himarë

 

 

Sarandë

 

 

Ksamil

 

 

 

 

 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 9 septembre 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est 21 heures, nous sommes dans l'enceinte du port de Bari. Hier, dans l'après-midi, nous avons acheté les billets rejoindre l'Albanie.

 

Le gros ferry, de la Compagnie Adria Ferries qui assure chaque jour, la liaison Bari (Italie) à Durrës est rangé le long du quai. Ses immenses portes frontales, avalent une floppée de puissantes Mercédes. Ce sont des centaines d'Albanais qui vont passer des vacances, où font la navette, avec l'Allemagne.

Des dizaines de camions, pare-chocs contre pare-chocs, tentent de trouver une place. Enfin, vers 22 h30, les portes se referment... Le chauffeur du dernier camion, après plusieurs manoeuvres, a trouvé difficilement une place.

Le ferry appareille à 23 heures, les lumières de Bari deviennent de plus en plus petites.

 

 

La cabine, avec une minuscule salle de bain est relativement confortable. La nuit est excellente, le ronronnement des moteurs nous sert de berceuse ! Un membre du personnel, à 6 h45, fait le tour des cabines pour réveiller les touristes et récupérer les clés.

Ce matin, à l'avant du bateau, nous avalons un croissant et un café. La baie de Durrës se rapproche, il est 8 heures.

Les formalités administratives et sanitaires sont légères et rapides. Avec les formulaires et les consignes annoncés, nous avions prévu le nécessaire et le superflu, au cas où... 

 

À pied, nous nous rendons dans le centre-ville, à l'hôtel Durrës. Denise l'a repéré dans des blogs. Nous nous présentons sans réservation, l'hôtel est "full"! Après une recherche dans les rue proches, aucun hébergement n'est disponible dans notre budget.

Nous choisissons de changer notre itinéraire. Nous visiterons la ville à notre retour, en octobre.

 

 

 

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

À la gare routière, nous nous installons dans un "furgon". Le chauffeur, un peu roublard, nous demande 2 000 lekë pour aller à Skodër. Face à notre étonnement sur le prix, il accepte de nous y conduire pour 1 000 lekë... Qui s'avère être le prix normal !

De jeunes Français, assis près de nous, nous signalent qu'ils ont payé 1 500 lekë. D'entrée, nous retrouvons les aléas imprévisibles et les propositions scabreuses, des gares routières.

 

Durant toute notre balade à travers le pays, cela restera notre seule anecdote négative sur les transports. 

 

Le chauffeur est vraiment particulier. Dans la ville de Lhèze, il nous demande de descendre. Nous le voyons discuter avec un chauffeur de taxi, il lui donne quelques billets, et nous terminons le parcours dans un taxi climatisé !

 

Le couple de Français rencontré plus tard, a rallié Skodër dans la voiture personnelle du premier conducteur ! 

 

De part et d'autre de la route, nous sommes surpris devant la pollution plastique et des ordures qui encombrent les accotements. L'absence de collectes des ordures ménagères dans les villes, et les décharges illégales, qui défigurent les bas-côtés des routes, est due à un mauvais comportement de la population.

C'est très laid, mais ce problème n'est apparemment pas le plus important à régler pour les autorités.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Le conducteur, nous dépose à la Place Démocracia, au cœur du centre-ville. Nous avons de la chance, l'hôtel Kaducu, mentionné dans un blog, est à seulement 200 mètres.

 

Nous allons nous y fixer pour 2 nuits, plus 1 supplémentaire, au retour de notre trek, prévu dans les Alpes dinariques.

 

Les Alpes ne s'arrêtent pas à la France, la Suisse, l'Allemagne, l'Autriche et l'Italie ! La chaîne dinarique, est le prolongement de nos Alpes, jusqu'au nord de l'Albanie.

 

L'office de tourisme est fermé pour cause de travaux. Un plan de la ville, fourni à la réception de l'hôtel va faire l'affaire. Nous partons rapidement à la découverte de la capitale de la région. 

 

Skodër est une ville chargée d'histoire, son centre-historique concentre de belles maisons bourgeoises, aux couleurs pastels. Elles bordent des ruelles étroites et la grande rue piétonnière Kole Idromeno, qui se prolonge jusqu'à une belle allée ombragée, où se retrouve les anciens sur les bancs.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Nous flânons quelques temps autour de l'élégante Mosquée Ebu Bekr. Ses deux minarets entourent la grande coupole au toit en zinc et pointent vers le ciel lumineux. L'intérieur est sobre, mais très lumineux. Des sourates du Coran sont calligraphiés au-dessus du Mihrab.

Les fidèles catholiques, eux, pratiquent leur religion, dans la Cathédrale orthodoxe de la Nativité du Seigneur qui jouxte la mosquée.

 

La Cathédrale catholique St Stephen's, à quelques dizaines de mètres, a servi de salle de sport de 1967 à 1990. Il faut dire que Enver Hoxha, le dictateur, avait pratiquement supprimé tout ce qui était religieux en Albanie. De nos jours, la tolérance religieuse semble bien cohabiter... L'appel à la prière du muezzin, fait écho aux sons des cloches des églises.

 

En cette fin d'après-midi, la ville se réveille. La foule déferle dans l'artère principale. Les passionnés de musique se retrouvent sur une place. L'ambiance est conviviale, les "sonos' sont poussées à fond. Musique traditionnelle et jazz font danser les citoyens de tout âge.

La soirée est douce, nous nous installons à une table, d'un stand de restauration. Pas besoin de parler albanais, avec l'index, je désigne un assortiment de brochettes et d'un fromage grillé.   

 

Il flotte dans l'air une atmosphère de légèreté, de gaieté généreuse et bruyante. Nous rentrons nous coucher. Demain, la journée va être chargée. Balade à vélo et marche à pied. 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 10 septembre 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Premier chant d'un coq à 5 heures du matin... Immédiatement, des coqs de différentes basses-cours lui font écho. La campagne en plein centre-ville. Pas besoin de réveil !

 

Nous sommes les premiers, dans la salle commune, pour savourer un petit-déjeuner bien consistant.

À 9 heures, la réceptionniste nous met à disposition deux vélos. Nous prenons la direction du Pont de Mes (Ura e Mesit), à 9 kilomètres au nord-est de la ville.

 

Au milieu de la circulation automobile anarchique, il faut avoir 4 yeux pour déjouer les pièges qui arrivent de tous les côtés. Des cyclistes qui remontent les rues à contresens, des portières qui s'ouvrent, sans que l'usager jette le moindre coup d'œil avant de descendre, des accélérations fulgurantes, de quelques flambeurs au volant de grosses cylindrées allemandes et des conducteurs qui s'arrêtent sur la chaussée juste... pour discuter.

 

Il faut s'acclimater et apprivoiser rapidement les us et coutumes des locaux.

 

 

La traversée des derniers faubourgs est rapide. Dans la plaine cultivée, l'ambiance est plus tranquille. Le décor semble être d'un autre temps, les paysans travaillent à la main, nous croisons un paysan juché sur sa carriole tiré par un cheval.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Au milieu d'un cadre naturel enchanteur, le Pont de Mes (Ura e Mesit) datant de 1768, enjambe la Rivière Kir. Il est le plus long pont ottoman du pays (108 mètres). Reposant sur 13 arches, son tablier culmine à 14 mètres de haut.

 

Ingénieusement, des ouvertures ont étés réalisées pour réduire les effets du courant, en cas d'inondation. À cette saison, le lit de la rivière est pratiquement à sec.

Nous profitons longuement de quelques minutes de calme et de tranquillité au milieu de nulle part.

 

 

Il faut appuyer fort sur les pédales, pour arriver tôt et profiter de l'animation du marché de rue de Shkodër. Il se tient tous les jours, du petit-matin jusqu'à l'heure du déjeuner.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Une foule de colporteurs et de marchands ont apportés des marchandises dans tous les types de véhicules : voitures, fourgons, charrettes à bras et vélos. Des centaines de personnes et quelques touristes se pressent entre les étals.

Le spectacle est coloré. D'agréables odeurs flottent dans le secteur consacré aux fruits et légumes qui sont vendus dans des échoppes ou directement par des petits producteurs. Au hasard des mouvements de la foule, nous déambulons entre les stands des épices, aux odeurs capiteuses et ceux des poissonniers, qui proposent des carpes, encore vivantes, pêchées dans le lac. À l'écart, des producteurs, vendent des boissons alcoolisées de fabrication maison, et du tabac blond vendu en vrac.

 

Encore quelques odeurs d'épices viennent titiller nos narines. La cuisine populaire est présente. La star est l'emblématique byrek, une pâtisserie salée, à base de pâte filo, garnie d'une farce de viande hachée, de fromage, de légumes et d'œufs

Les Byrektores proposent à toute heures de la journée, de délicieux repas copieux, à un prix modique.

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

La jeunesse albanaise se croise dans les boutiques. Des articles textiles, des montagnes de chaussures de sport (90 % de la population est chaussé de training) et quelques souvenirs sont déballés à même les trottoirs, et dans des petites échoppes, fermées par un rideau métallique dès la fin du marché.

Le marché ressemble à une immense friperie. L'après-midi, le temps semble figé (la sieste s'impose car il fait trop chaud). 

 

Le calme s'installe dans les rues, la ville reprendra vie en début de soirée.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

À 14 heures, nous reprenons les vélos pour faire une balade le long du lac de Shkodra. C'est la plus grande étendue d'eau des Balkans, le lac est enserré entre les Alpes Dinariques au nord-est et le Mont Tarabosh au sud. Il fait office de frontière naturelle entre l'Albanie et le Monténégro.

 

Nous laissons derrière nous le centre de Shkodër, en traversant la rivière Buda, le passage s'effectue sur une passerelle métallique, utilisée uniquement par les piétons et les cyclistes. Sur cette rive, nous traversons un quartier habité par une population de déshérités. Quelques maisons abritent des familles, qui trient des papiers et des matériaux récupérés sur des montagnes d'immondices.

 

 

Nous souhaitons atteindre les villages de pêcheurs appelés Shirokë et Zogaj, à une douzaine de kilomètres du centre-ville. La route suit les berges du lac ; peu de dénivelé et de peu de circulation. Après une poignée de kilomètres, les couleurs vertes, les nénuphars et les canards laissent la place à l'immensité du lac.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Quel plaisir devant ce spectacle ! À la sortie d'un virage ou du sommet d'une côte, l'œil découvre le lac et sa beauté sauvage.

 

Au pied du Mont Tarabosh, à hauteur du premier village, Shirokë, une halte s'impose pour apercevoir au loin, sur l'eau, des pélicans frisés, l'oiseau est le symbole du Parc National.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

La route est mal entretenue, ravinée par les eaux qui dévalent des collines, mais nous avons de la chance, les vélos prêtés par l'hôtel sont de qualité. Tout au bout de la route goudronnée, nous arrivons au village de Zogaj.

 

Les ruelles, pavées de galets, sont pentues. Ici, pas de place pour marquer le centre. Sur la colline, les maisons anciennes en pierre dominent le petit port. Des bateaux sont alignés sur la berge. De plus en plus, les pêcheurs voient les stocks de poissons s'appauvrir, le braconnage et la sur-pêche en sont les responsables.

 

La petite Mosquée à la sortie du village marque la frontière avec le Monténégro. Seul, un chemin de terre dans la végétation, mène vers le pays frontalier. 

 

Après cette parenthèse tranquille et bucolique, nous retournons vers la grande ville.

 

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

À la réception de l'hôtel, nous achetons des billets pour les transports jusqu'à Valbonë, lieu de départ du trek pour atteindre Theth.

Trouver par ses propres moyens, un bus très tôt le matin, pour rejoindre le ferry (un seul par jour) au port de Koman peut-être aléatoire. 

 

Bus Shkodër - Koman + ferry Koman - Fierze + bus Fierze - Valbonë = 4200 lekë pour deux soit 35€.

Départ demain matin à 6h30.

 

Assis à la terrasse d'un resto populaire, nous nous régalons de quelques spécialités de la région. Chaque vendredi, le Tout-Shkodër doit se retrouver dans le centre, car dans la ville, les distractions sont rares. La circulation est intense et chaotique, les gens déambulent en groupe ou salue des connaissances. Il règne une atmosphère bon enfant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 11 septembre 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6 heures, le réveil est très matinal. Nous laissons nos deux gros sacs en consigne à la réception de l'hôtel (8€). Un petit sac suffira pour notre escapade montagneuse.

Le conducteur du furgon vient nous chercher à 6 h30. Il fait le tour de quelques hébergements pour récupérer des touristes. Son téléphone sonne en permanence, ce sont des habitués qui se déplacent sur de courtes distances.  

Enfin, nous quittons Shkodër vers 7 h30, nous sommes 29 passagers pour 18 places !

 

Nous laissons derrière nous les quartiers sales et une zone de plaine. Des champs de maïs et des prairies, occupent des pentes douces, caressées par le soleil de fin d'été. La route s'élève doucement, des sapins ont étés plantés au faîte des collines.

Au loin, tout là-bas, les chaînes montagneuses ferment l'horizon. Les "Alpes albanaises", sont magnifiques avec des sommets majestueux, qui se succèdent au fil des virages. Nous sommes bluffés. Les paysages sont pratiquement vierge d'habitations.

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Le ferry est prévu à 9 heures et le conducteur roule sur "les chapeaux de roues". Nous arrivons à la sortie d'un long tunnel à l'embarcadère de Koman à 8 heures 45 !

L'aire d'embarquement est une micro-plateforme où règne une joyeuse pagaille. Dans un désordre apparent, les passagers doivent s'identifier auprès des passeurs, qui leur désignent le bateau attribué.

 

Les conducteurs des véhicules, sont obligés de faire de nombreuses manœuvres pour embarquer. Nous sommes samedi, les touristes albanais sont là, uniquement pour profiter d'une excursion d'une journée.

Au milieu de cette population, les touristes étrangers sont équipés pour le trek de Valbonë

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Le Lac de Koman est un lac artificiel construit entre 1979 et 1988 sur la rivière Drin. Il alimente une centrale hydroélectrique construite en 1978.

 

Le ferry débute "la croisière", par des passages étroits, bordés de parois rocheuses verticales et de gorges profondes. La couleur de l'eau est changeante, passant du vert profond au bleu intense. Le paysage ressemble aux fjords norvégiens.

 

À la proue du bateau, un groupe d'albanais entonne des chants anciens et des succès de vedettes internationales, le tout est ponctué de rasades de raki. Nous sommes bien en Albanie...

 

Du pont supérieur du ferry, nous apercevons quelques fermes sur les rives, elles sont accessibles uniquement en bateau.

La météo est avec nous pour cette magnifique traversée. 3 heures de plaisir pour les yeux... Et un peu moins pour les oreilles.   

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

À la descente du ferry, nous sommes de nouveau pris en charge par le conducteur du furgon.

La route est en meilleur état que la première partie. Les magnifiques paysages se succèdent. Au bas d'un profond à-pic, une rivière s'écoule entre les gorges, elle est d'un bleu clair superbe. Quel dépaysement !

 

2 heures plus tard, nous arrivons à Valbonë. Pas de village dans la vallée verdoyante, mais seulement une route, bordée par des maisons transformées en pensions.

Nous n'avons pas de réservation. À chaque demande d'hébergement, la même réponse "full, full...".

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

Nous trouvons enfin une réponse positive à l'Eco Center Valbonë. C'est en espagnol que l'on échange avec la belle-fille du propriétaire. Il reste un chalet, tout neuf et confortable.

 

Une fois installés, nous effectuons la petite randonnée de Kukaj. Elle est longue de 2 kilomètres, impeccable pour une mise en jambes. Soudain, quelques gouttes de pluie rafraîchissent l'atmosphère, le temps devient frisquet et le ciel s'obscurcit. Prudents, nous revenons sur nos pas.

Nous achetons, dans une échoppe, quelques fruits et des gâteaux pour la randonnée de demain. Dans un hôtel, nous pouvons nous connecter au wifi, pour glaner quelques renseignements supplémentaires sur le coin.

 

Nous dinons dans une pension, en face de notre logement. La fraîcheur s'installe et nous oblige à rentrer rapidement à notre chalet. 

 

Conseil : en haute saison ou pour les week-ends, mieux vaut réserver une chambre à l'avance, car actuellement le panel d'hébergements est assez réduit.

Idem pour le pique-nique de la randonnée, mieux vaut apporter son repas, car il y a juste une toute petite baraque, avec quelques produits à vendre (gâteaux secs).  

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dimanche 12 septembre 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hip, hip, hip, hourra ! Le temps est splendide ce matin, le ciel est d'un bleu immaculé, la température fraîche mais propice à la marche. Parfait pour débuter le trek.

 

Le petit-déjeuner est frugal. À 7 h45,  nous sommes sur le sentier, à hauteur du panneau qui signale la direction de Theth.

Le menu du jour est copieux... 12 kilomètres et 1000 mètres de dénivelé positif pour atteindre le sommet du col et 1000 mètres négatif pour atteindre la vallée de Theth.

 

Dès le départ, sur le sentier, nous rencontrons Yann et son fils Yoan, dont nous avons fait connaissance la veille sur le ferry.

Amoureux des voyages, nous allons pouvoir échanger sur nos différentes destinations passées. 

 

Avant d'arriver au départ du sentier proprement dit, il faut marcher pendant 1 heure, sur les galets de la rivière Valbona, asséchée à cette époque.

 

Après les 3 premiers kilomètres effectués dans le lit de la rivière, mes muscles sont bien chauds, la petite randonnée d'hier est oubliée. Au milieu d'un décor juste magique, la marche devient facile. De hauts sommets, pour certains avec quelques plaques de glace, dominent des versants, qui alternent entre alpages et hêtraies.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Perché sur une terrasse naturelle qui domine la vallée, je distingue des fermes isolées, elles sont nichées dans des vallons ou accrochées sur des pentes, loin de la civilisation.

 

Puis le chemin devient plus souple, terminé les galets... À l'écart du sentier, un homme nous interpelle et nous propose de le suivre, pour remplir nos bouteilles d'eau dans sa maison.

Nous nous installons sur un banc, sur le pas de la porte de sa maison vétuste. Il nous propose du café, puis du fromage, accompagné de raki. Impossible de résister, son accueil est cordial, mais s'il est aussi intéressé économiquement.

 

C'est pour le couple une occasion de gagner un peu d'argent. Le prix payé est insignifiant (400 lekë = 3,30 €).

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Nous attaquons la partie la plus ardue. Il fait chaud, la pente est raide. Le sentier ne pose aucun souci, largement tracé et bien signalé. La progression se fait plus difficile, chaque pas est plus lourd que le précédent, où chaque petit rocher est un obstacle.

3 h30 de marche. Nous dépassons un café signalé dans les guides touristiques et continuons vers le sommet du col.

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

La dernière partie de la montée se présente à nous. Il faut lever haut le regard pour repérer les randonneurs qui nous précèdent !

Nous nous trouvons face à une cime, dont la pente verticale impressionnante pourraît décourager plus d'un randonneur. Les poses, deviennent plus fréquentes. Les arrêts photos se succèdent.  

 

Nous sommes au sommet du Qafa e Valbonës à 12 h30. Un panneau indique l'altitude (1795 mètres) et ses coordonnées GPS. Les grosses difficultés sont derrière nous, enfin c'est ce que je pense !

 

À l'abri du vent, nous trouvons un coin pour apprécier notre pique-nique. Dans l'autre sens, la halte s'impose aussi pour les randonneurs venant de Theth.

Assis, devant le panorama sublime de cette vallée au décor de carte postale, nous distinguons, dans une sorte d amphithéâtre, les premières maisons du village de Theth.

La vallée est moins minérale que l'autre versant, la couverture végétale est plus importante, plus verte.

 

Il n'y a pas embouteillage à cette saison, mais le trek est renommé et concentre encore du monde. 

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

La descente sur Theth est technique, des éboulis encombrent le sentier qui serpente dans des passages étroits. Le chemin pierreux descend à pic, raviné par les orages, il est malcommode, et très incliné. Nos pieds roulent sur les cailloux, il est difficile de rester en équilibre... Certainement un peu de fatigue !


La vue, au loin des premières maisons du village, nous "booste" le moral. 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Nous crapahutons depuis un bon moment, sous un chaud soleil, lorsque à un tournant apparaît un bistrot. Pause boisson énergisante, il faut espérer que ce "breuvage" va nous donner un bon coup de fouet ! 

 

Nous dévalons le sentier au milieu de petites forêts qui alternent avec des prairies. Le paysage change encore un peu plus bas, en laissant des parties rocailleuses pour cheminer dans une belle forêt de feuillus.

Sous les branchages, la fraîcheur est la bienvenue, car le soleil est généreux depuis notre départ. Quel plaisir de lire sur un panneau ; Theth 1 km.

9 heures de marche, quelques minutes de galère et une randonnée inoubliable !

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Nous quittons nos compagnons de randonnée au niveau du panneau de signalisation des sentiers. 

 

Nous nous "fourvoyons" dans une mauvaise direction pour trouver la Guesthouse Bec Villi où nous avons réservé une chambre par l'intermédiaire de notre logeuse d'hier soir, à Valbonë.

 

Il ne faut pas compter sur l'aide de "Maps.Me" (j'ai mal interprété la flèche indiquant le parcours), au lieu de mettre 30 minutes par la route, nous mettons 1 h30 pour rejoindre notre hébergement, en traversant une rivière, en enjambant des haies et des clôtures, et en franchissant des propriétés privées et des prairies.

 

Le coucher de soleil enflamme les sommets des montagnes et nous offre un spectacle fabuleux. L'accueil de la famille est très chaleureux et sympathique. Le raki de bienvenue est dégusté sur la terrasse.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Le repas, servi devant la cheminée, est "royal". Que des produits de la ferme (soupe-volaille-yaourt-concombre-frites et des pommes au miel).

 

La soirée se poursuit au coin du feu, en compagnie d'un couple d'anglais, la discussion se porte sur les actualités internationales... Ils ne semblent pas très convaincus des promesses de leur premier ministre.

La nuit est bien avancée lorsque nous nous couchons. Le sommeil est rapide, mais je suis réveillé par le froid. Nous sommes à près de 1 000 mètres d'altitude et la nuit est glaciale. Nous étalons sur le lit des couvertures supplémentaires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lundi 13 septembre 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grand bol d'air pur devant le décor grandiose que nous offre les montagnes. Ce matin, le petit-déjeuner est copieux. Nous faisons le plein de vitamines, nos hôtes, nous gâtent avec un buffet sucré-salé.

   

Il est 9 heures, nous sommes reposés, restaurés, une toute petite partie de notre garde-robe remise à neuf, nous descendons vers le village. Le sentier nous a été signalé par le propriétaire du chalet. Les premiers mètres sont difficiles, tant les toxines d'hier, paralysent nos muscles. Les jambes sont raides jusqu'au centre du bourg.

 

Avant que nous partions, notre logeur a téléphoné à un chauffeur de taxi (pour réserver deux sièges) pour nous ramener à Shkodër. Le rendez-vous est pris près de l'église à 11 heures.

 

Notre visite du village se concentre autour de sa petite église aux tuiles en bois. Elle est la star des brochures et des guides touristiques.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

En longeant la rivière à l'eau limpide, nous passons devant des maisons anciennes en pierre. Le décor bucolique, est complété par d'imposantes meules de foin et des paysannes qui font pâturer 1 ou 2 vaches. 

 

Nous arrivons devant le Kulla E Ngjimit appelée aussi Tour d'isolement.

Un peu d'histoire... Une tradition ancienne, le Kanun, voulait qu'une personne, faisant l'objet d'une vendetta, suite à un meurtre pouvait trouver refuge au deuxième étage de cette tour. Des ouvertures permettaient de surveiller et de tirer sur les assaillants.

Aujourd'hui, le Kanun existe toujours, mais si besoin, les individus trouvent refuge à l'étranger ou se terrent chez-elle.

 

Pas de visite pour nous, le gardien en tenue d'apparat, n'est pas très agréable, le prix de la visite pourtant n'est pas onéreux (150 Lekë).

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Le chauffeur du taxi (20 ) est à l'heure. Il doit faire le tour des maisons d'hôtes pour compléter le véhicule.

Nous démarrons vers 11 h30. Des vues, encore des vues sur les sommets.

Le conducteur, effectue un arrêt dans un bar, situé près d'un belvédère, nous profitons d'un panorama sensationnel.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

L'état de la route est bon, nous arrivons rapidement à Shkodër. À 14 heures, à l'hôtel Kaducu, nous récupérons nos sacs, et nous nous installons dans une chambre.

 

Nous ne perdons pas de temps, à 4 kilomètres, au sud de la ville, se trouve la Forteresse de Rozafa.

À pied, l'ascension est courte, mais n'en finit pas pour atteindre l'entrée du château. Perché à 130 mètres d'altitude, il domine royalement la cité. Pas d'ombre et le soleil tape dur !

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Nous réglons l'entrée (400 lekë chacun). L'enceinte de la forteresse, vieille de 4 000 ans, est immense et les bâtiments vénitiens résistent toujours au temps.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Dans les 3 cours, des ruines encore des ruines et ... Des tortues. Mais quel panorama à 360°!

Nous nous asseyons un moment pour contempler le paysage. Il est sublime. La ville et le lac au premier plan, puis la vue glisse sur une vaste étendue qui s'étend, là-bas, à l'horizon, jusqu'au pied des montagnes. Notre bibliothèque de photos s'agrandit. 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Au pied du château, la Mosquée de Plomb (Xamia e Plumbit) à l'architecture ottomane semble perdue au milieu d'une prairie verdoyante. Depuis une cour intérieure, nous pouvons apercevoir la salle de prières, au style épuré et très sobre.   

Déclarée monument culturel en 1948, elle a été préservée de la destruction, sous le règne du dictateur Enver Hoxha (qui était athée).

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Retour à l'hôtel pour nous rafraichir. Le réceptionniste nous réserve par téléphone, une chambre dans une maison d'hôtes à Bérat, notre destination de demain.

 

Au menu ce soir dans le centre ville. Une soupe de haricots, un kébab d'agneau accompagné d'aubergines. 

La statue de Mère Tereza (qui était Albanaise), est à quelques mètres de la Mosquée. Elle est l'objet de profondes marques de respect. Sa base est toujours décorée de fleurs fraîches. À proximité, nous sommes surpris de découvrir une antique cabine téléphonique en état de fonctionnement, pourtant, le téléphone portable est ultra démocratisé dans le pays.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

 

 

 

 

Mardi 14 septembre 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réveil au chant du coq et du muezzin à 5 heures. C'est sûr, on ne va pas rater le bus qui démarre en direction de Tirana à 8 heures.

 

Dès la sortie de la grande ville, la plaine est belle. Confortablement installé dans mon fauteuil, je regarde défiler les paysages. 2 h30 de lignes droites, au milieu d'une circulation perturbée par l'état du réseau routier en plein chantier. Un peu de campagne et de grandes zones urbanisées et le conducteur du bus nous dépose au grand Terminal Jug-Veri de la capitale. 

 

Dans la minute qui suit, nous trouvons deux sièges, dans un furgon qui part pour Bérat. La ville est située dans le centre du pays.

Le système de climatisation ne doit plus fonctionner depuis longtemps, la chaleur est étouffante et les fenêtres ne s'ouvrent pas... 2 h30 de sauna !

 

Nous avons le temps de découvrir des scènes du quotidien. Dans un décor désolé, nous passons devant des coupoles et des minarets, un peu d'Orient en Europe, dont les pointes s'élèvent vers le ciel. Nous apercevons des scènes de la vie quotidienne... Un marchand devant son gril ambulant et dans les zones habitées, de nombreuses stations "Auto Lavazh" qui se succèdent. Les Albanais prennent soin de leur véhicule.

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

 

 

BERAT

 

 

la ville aux mille fenêtres

 

 

 

La gare routière de Bérat est située à 3 kilomètres du centre ville.

Nous grimpons dans un bus public. Le chauffeur, pour 60 lekë, nous dépose sur la place centrale, à hauteur du bureau de l'Office de Tourisme et de la Cathédrale.

 

Il fait chaud, très chaud, la rue est escarpée, avec peine, nous arrivons à la guesthouse Bellavista qui se trouve à la limite du quartier Mangalem et de la Ville Nouvelle. 

L'accueil est très chaleureux, la propriétaire, nous souhaite la bienvenue autour d'une tasse de café. 

 

Nos sacs sont déposés dans une chambre immense, après une douche réparatrice, nous pouvons débuter la chasse aux "trésors architecturaux". La Mosquée de Plomb appelée aussi Leaden Mosquée est à deux pas de notre logement.

Construite en 1553, l'édifice religieux, à la particularité d'être doté d'un dôme central unique. En 1967, l’État communiste a pris des mesures drastiques contre les religions, les lieux de culte ont été fermés, détruits ou transformés, la mosquée devient un musée dédié à l'architecture. La couleur rouge du plafond dévoile un intérieur très dépouillé. 

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Face à la mosquée, la Cathédrale orthodoxe de St-Démétrius est de construction récente. La ville est un mélange d'époques, où les cultures et les traditions, se confondent et cohabitent avec harmonie.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Bérat fait partie des plus belles villes d'Albanie grâce à ses deux quartiers historiques.

 

Au sud, Gorica, le quartier catholique.

Au nord, la Citadelle et son château avec, à ses pieds, Mangalem, le quartier musulman. 

Un pont, et une passerelle sur la rivière Osum, réunissent les deux rives.

 

Nous sommes impatients de découvrir la partie ottomane de la vieille ville, classée au Patrimoine Mondial de l'UNESCO.

 

Nous débutons la promenade, en empruntant la Rruga (rue) Antipatrea. Face à nous, sur les pentes d'une colline, les maisons blanches et leurs fenêtres en bois ressemblent à un légo géant.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Le quartier de Mangalem concentre plusieurs monuments classés, dont la Mosquée du Roi, connue sous le nom de Mosquée du Sultan ou encore de Xhamia e Mbretit. Elle date du XVsiècle.

 

Le gardien, un homme bedonnant, enjoué et sympathique, les cheveux parsemés de poussière, va nous chercher les clés du portail et nous laisse entrer. Pas besoin pour une femme, de couvrir ses cheveux, ou ses jambes. Il nous invite à prendre en photo, le plafond peint en rouge, et la mezzanine en boiserie sculptée.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

À seulement quelques dizaines de mètres, la Porte du Pacha (appelée aussi Porta E Pashat), est la porte d'entrée, qui mène dans le dédale des ruelles, vers la Citadelle.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Du Palais du Pacha (Ish-Sarajet E Pashait) il ne reste qu'une petite partie, le hamrelik (le quartier des femmes), est assez bien conservé.

 

 

Le petit quartier abrite deux autres monuments, mais ils sont fermés... Nous aurons peut-être plus de chance demain.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Nous partons à l'assaut de la colline, dans l'enchevêtrement des ruelles pavées de Mangalem, et nous nous lançons à un petit jeu... Trouver la maison, la plus représentative de l'architecture ottomane !

En général, une maison traditionnelle possède deux étages qui surplombent la rue. Le second niveau, est toujours percé de fenêtres en encorbellement, qui débordent de la façade. 

 

Nous sommes en admiration devant les fenêtres, ornées de sculptures en bois, qui ont donné à Bérat le surnom de "Ville aux Mille fenêtres".

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Cette appellation est justifiée par la vue, du haut de la colline, sur Gorica. Le site fait figure de havre de paix, construit à la base d'un immense bois luxuriant, une cascade de maisons pittoresques dévale la pente.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Nous terminons la grimpette, par une pause au niveau de l'Eglise Saint Michel (Shën Mehill). De style byzantin, datant du XIIIsiècle, elle est perchée sur un versant très abrupt de la colline.

Pas de chance, en dehors de rares offices, elle est fermée. 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Nous quittons cette rive, une passerelle métallique mène au quartier Gorica au sud de la rivière Osum.  

 

La visite est terminée pour aujourd'hui. La terrasse d'une épicerie-bar est accueillante, la bière est fraîche... Les tables sont fréquentées par des voisins. Avec l'aide de notre guide de conversation fançais-albanais, nous entamons une difficile discussion avec des anciens, malicieux et parfaitement connectés avec la technologie moderne. Mais je garde en tête deux ou trois mots, bonjour (mirëdita) et comment allez-vous ? si jeni ?

 

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

En fin de journée, le soleil est moins mordant. La population se mêle au rares touristes et se retrouve autour des étals minuscules d'un petit marché qui se tient le long de la berge.

 

Notre emplacement est avantageux, la vue est imprenable sur la blancheur éblouissante des maisons de Mangalem... Chaque heure de la journée à son charme et sa qualité de lumière. Ce soir, les illuminations de "Bérat by night" sont éblouissantes.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Le repas est excellent. Les qoftë (boulettes de viande très parfumées) le plat traditionnel, est accompagné d'aubergines farcies et de tarator, une sauce à base de yaourt, de concombre et d'ail. Le cuisinier a été généreux, nous continuons notre découverte culinaire, par un festin qui reflète l'histoire de la cuisine, influencée par ses voisins.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mercredi 15 septembre 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit-déjeuner royal sur la terrasse de la pension. Le ciel est immensément bleu et la vue est superbe sur la citadelle et Mangalem.

Le propriétaire est au petits soins pour ses invités. Au menu, des byreks (feuilletés farcis de fromage) qui sortent du fournil du boulanger.

 

Retour dans le quartier de Mangalem. Au nord de la place, près de la Mosquée du Roi et de son petit  cimetière, le Halveti Tekke (Teqeja e Helvetive) date de 1782.

Il abritait un ordre soufi, qui a joué un rôle important dans la formation des sociétés musulmanes et principalement dans les activités éducatives. Le responsable des lieux, le même, qui hier, nous a ouvert la porte de la mosquée, possède les clés des deux édifices, il nous reconnait et nous salue.

 

Notre "guide", nous fournit des explications sur les pratiques des derviches et nous détaille les richesses ornementales du plafond - un vrai trésor - marqueté et peint avec raffinement et délicatesse de feuilles d'or.  

 

Les murs, sont recouverts de fresques, représentant des habitations, des paysages et des édifices religieux musulmans. C'est magnifique !

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

L'ancien Caravansérail, en contrebas de la place, abrite maintenant des bureaux administratifs. Son architecture ottomane nous attire. Sa longue façade est dotée de nombreux parements en bois. À l'origine, il s'agissait essentiellement de relais de poste.

Au fil des années, ils vont évoluer en devenant, soit des abris contre les intempéries, soit contre les voleurs, puis, ils offrent des services que réclament les voyageurs... Pour cuire le pain, pour les soins des chevaux où encore en magasins de marchandises.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

La rue, qui mène à la Citadelle monte, monte encore, elle ne descend jamais ! Une difficile et longue ascension urbaine, et sous le soleil déjà haut, le prétexte de la pause photo est fréquente.

 

Là haut, enfin un peu de confort. Le chemin est ombragé et nous mène directement à la porte d'entrée de la forteresse. De hauts remparts byzantins protègent la cité ancienne.

Nous réglons l'entrée (600 lekë pour nous deux).
 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Les fortifications datent du XIIIe siècle. La Citadelle, très vaste, attire les regards. Elle domine Berat.

 

Dès le porche franchit, une escouade de marchandes, attendent les visiteurs. Des nappes brodées de couleurs chatoyantes et des tapis sont étalés à même le sol.

 

Serpentant entre les vieux murs, d'innombrables ruelles pavées abritent des maisons ottomanes "blanc de blanc" à deux étages : le second plus important est orné de sculptures sur bois.

Les fenêtres se superposent les une sur les autres. Les maisons sont habitées, toutes ont un petit bout de jardin. Les massifs de fleurs sauvages sont associées à des arbres fruitiers et des ceps de vigne qui s'élèvent contre les vieux murs.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Le quartier abrite des églises byzantines. Si les édifices religieux ont un extérieur simple et discret, lorsque l'on pénètre à l'intérieur, nous découvrons toujours une architecture raffinées et des icones remarquables. Mais malheureusement, elles sont toutes fermées.

 

L'Eglise de la Sainte Trinité (Shën Triadha), au sud-ouest des remparts, est la plus ancienne.

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

L'Eglise Ste-Marie des Blachernes (Kisha e Shën Mëri Vllahernës) du XIIIe siècle possède de superbes fresques sur ses murs intérieurs et des mosaïques au sol. Un voisin, qui habite près de l'église, m'accompagne jusqu'à un petit coin secret qu'il connaît...

En passant la main par une petite ouverture, j'ai la chance de pouvoir photographier une toute partie de l'intérieur. Les traits des personnages et les couleurs des icônes sont exceptionnelles. Quelle bonheur !

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Dans le bastion, au sommet de l'acropole, la Mosquée Blanche (Xamia e Bardhë) est la plus ancienne d'Albanie. Construite en 1417, il ne reste pratiquement que des ruines.

 

La Mosquée Rouge (Xhamia e Kuque) est en ruines aussi. Seul le minaret s'élance encore vers le ciel.

Nous poursuivons la visite de l'immense cour intérieure en "mode promenade"... 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

La forteresse, était autonome en réserve d'eau, grâce à une gigantesque Citerne souterraine au volume impressionnant. À cinq mètres sous terre, nous trouvons un peu de fraîcheur. 

 

La Tour Sud (Kulla e Jugut), un bâtiment militaire, offre un panorama exceptionnel de la Vallée de l'Osum et sur le quartier de Gorica d'où on repère l'emplacement de l'Eglise St-Spiridon avec ses arcades caractéristiques.

 

Nous atteignons le belvédère, c'est le meilleur point de vue à ne pas rater pour un photographe.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

La grande descente est plus facile, mais il faut rester vigilant, les pavés patinés par le temps, sont traîtres et glissants.

 

Au bord de la rivière, la Mosquée des Célibataires est fermée. Mais ses façades extérieurs, sont ornées de superbes fresques murales.

Très surprenant dans un édifice religieux musulman, un magasin d'habillement est établi au rez-de-chaussée.

 

Nous traversons la passerelle pour rejoindre par les quais, le Pont de Gorica (Ura e Goricës) un vieil ouvrage en pierre, long de 130 mètres.

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Gorica, l'ancien fief chrétien, durant la période ottomane est, architecturalement identique à Mangalem. Moins d'habitations, mais plus vert, un encouragement supplémentaire pour la balade. Les maisons possèdent un jardin (superbes grenadiers) et des treilles. Les mêmes rues mal pavées, mais quel bonheur de les parcourir...

 

À 17 heures pile, le responsable de l'entretien de la Basilique Saint-Spiridon ouvre la porte.

L'édifice, difficilement identifiable depuis la rue, se cache au centre d'un joli parc fleuri. Son porche s'ouvre sur une galerie à 9 arcades, Nous entrons, l'intérieur est très sombre, il est orné de superbes fresques sur les murs.

La grande iconostase en bois, d'une grande simplicité, est ornée de nombreuses icônes.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Lorsque l'on traverse la rivière par la passerelle, le soleil jette ses derniers rayons sur les maison de Mangalem.

 

Pour reprendre des forces, ce soir, bien installés sur la terrasse de notre pension, nous nous régalons d'excellents byreks aux épinards et d'une pastèque. 

 

 

À la tombée de la nuit, Bérat, offre aux promeneurs un cadre de visite inattendu... Des milliers de lumières nous invitent à une douce déambulation nocturne. La citadelle et le quartier Mangalem s'habillent de couleurs et se transforment en un écran géant... Le rendu est féérique.

La journée de marche a été longue, enfin de retour à la chambre. Très fatigués, nous sombrons dans un profond sommeil.

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 16 septembre 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

Appolonia d'Illyrie

 

 

 

 

 

 

 

Le ciel est couvert mais la température est agréable ce matin. Le propriétaire, discute un instant avec nous pendant notre petit-déjeuner.

 

Nous grimpons dans un bus de ville, pour aller à la gare routière. Dans la foulée, à 9 heures, le furgon (250 lekë par personne) démarre pour Fier, une ville située à 6O kilomètres.

 

La route est une piste poussiéreuse et rocailleuse ; des travaux sont en cours pour élargir et moderniser le réseau routier. Des chantiers de rénovation, que nous avons constaté partout, depuis le début de notre périple.

Entre les nuages de poussière, les trous et les nids de poule, nous avons le temps d'avoir un aperçu de l'importance de la production agricole dans le centre du pays. Les légumes, en particulier, sous de grandes serres, des vergers et l'élevage.

 

Une odeur de goudron envahit l'habitacle du bus. De gigantesques réservoirs cylindriques sont alignés ; plus loin, on aperçoit des puits d'exploration. 

Le sous-sol de l'Albanie est riche en pétrole et gaz. Il faut espérer que ces richesses profiteront à la population.

 

 

 

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Nous descendons dans le centre-ville de Fier. Il faut trouver maintenant le bus qui mène à Appolonia. Les réponses à nos questions sont évasives. Apparemment, il faut se mettre au bord de la chaussée et attendre !

 

Nous traversons le centre, pour se poster sur la route nationale, en direction de l'ancienne cité antique.

De nombreuses voitures passent devant nous, mais à vive allure. Un bus est censé passer toutes les heures, nous l'avons raté de peu. Nous allons avoir peu de temps à consacrer au site archéologique. 

Enfin, vers 12 h45 le bus-navette (100 lekë par personne) pointe sa carrosserie rouge.

Comme partout, la descente et la montée, se font à la demande. Mais nous avons trouvé le temps très long.

 

Enfin, le conducteur stoppe dans le centre du village de Pojan. Il nous faut encore parcourir 1 kilomètre à pied pour atteindre l'entrée du site, tout en haut d'une colline. Pour le retour, nous devons absolument prendre la navette de 14 h30, car le dernier furgon, de Fier pour Berat démarre, lui, à 16 heures. La visite va être brève.

 

Nous réglons le prix d'entrée (600 lekë par personne)​​​​​​. ​La cité antique grecque doit son nom au dieu Apollon, son fondateur selon la légende dans la seconde moitié du VIIsiècle av.J.-C.

L'abandon de la cité, suite à un tremblement de terre, est évalué en 354 de notre ère.

Situé près de l'entrée, le Monastère du XIIe siècle entoure une église byzantine appelée La Vierge Theotokos. Pas de chance, dans le grand jardin qui entoure l'édifice, c'est fête ce jeudi. Le cadre est exceptionnel pour des photos de mariage. Les invités font des selfies comme les touristes chinois, ils sont très envahissants et me gêne en oubliant ma présence, je quitte les lieux un peu déçu...

 À ce niveau, nous zappons la visite du musée, peut-être à tort.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Le site archéologique, est le plus grand d'Albanie, avec une surface de plus de 100 hectares. Nous concentrons notre visite sur un promontoire, au sommet d'une colline. Le parc, est parfaitement préservé, le mélange surprenant des monuments et de la nature nous plonge dans l'histoire de l'antiquité.

L'Odéon, dont les gradins s'appuient sur le flanc d'une colline. Le Bouleuterium est le bâtiment le plus spectaculaire, avec un portique à 21 colonnes en assez bon état. Nous terminons cette trop rapide visite en passant devant l'Obélisque d'Apollon, construit près des murs massifs du Téménos.

Ce sont les vestiges emblématiques d'une cité gréco-latine. Pour le reste il faut faire fonctionner son imaginaire. Une collaboration franco-albanaise, travaille sur des fouilles depuis 1992.

À l'horizon, au milieu de plantations d'oliviers majestueux, la campagne environnante déroule ses paysages piquetés de vert (cultures). 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Il est 14 h30, nous sommes pile à l'heure, dans le centre du village pour prendre la navette. Le conducteur, nous dépose à la station de départ des bus de Fier, derrière l'Universitetit I Fieri. Nous avons quelques minutes pour déambuler dans le centre- ville, avant de monter dans le fourgon pour Berat.

 

Les minarets de la Mosquée, s'élancent fièrement vers le ciel, au-dessus de la coupole, ils sont aussi haut que les grands immeubles du quartier, qui se différencient, par la palette chatoyante des couleurs.

Les municipalités du pays veulent oublier les bâtiments moroses de l'ancien régime. Bien sûr l'église n'est pas loin ; toujours un bel exemple de cohabitation.

 

À l'ombre, dans un parc, les anciens jouent aux dominos avec ferveur, en claquant les jetons. C'est le passe-temps populaire le plus apprécié, talonné par les joueurs d'échecs.

 

Le furgon pour Berat démarre à l'heure, 1 heure de secousses et dans le tourbillon de poussière pour rentrer.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Dernier soirée avec nos sympathiques et attentionnés hôtes. La discussion se prolonge sur la terrasse de leur maison. 

 

En soirée, repas... kébab (tout est possible en voyage) sur un banc du Parc Central, Bulevardi Repubkika.

 

Pause bière dans le Quartier de Gorica. Face à nous, les illuminations sur la colline de Mangalem sont " tout feu tout flamme ".

Quelle superbe fin de séjour.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 17 septembre 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme d'habitude le petit-déjeuner est bon et copieux. Ditën e mirë (au revoir) aux propriétaires, nous avons passé 3 jours très agréables dans la maison familiale.

 

Sac sur le dos, nous prenons le bus de ville pour la gare routière. À 9 h20, le furgon (400 lekë par personne) démarre pour rejoindre la ville de Vlorë.

 

L'itinéraire est le même que la veille, nous passons par Fier. La vitesse lente du véhicule nous permet de profiter des scènes du quotidien de la vie rurale.

 

Dans la campagne, la route serpente, bordée de champs, envahis par des fleurs et des bottes de foin. Pas loin, des ruches abritent des colonies d'abeilles. Sur le bord de la chaussée, des vendeuses proposent du miel et des plantes médicinales.

 

En Albanie, les liens familiaux sont très forts. Normalement, une maison abrite une famille composée de plusieurs générations. Si le rez-de-chaussée est habitable, les étages (en général 2) dont les ferrailles dépassent du plancher, sont dans l'attente d'un agrandissement de la famille. 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Dans les villages, le marché du matin ressemble à un vide grenier ; tout est déballé sur les trottoirs.

Seuls les hommes, toutes générations confondues, sont attablés dans les bars devant un café, un raki (parfois les deux) accompagnés d'un grand verre d'eau. La société albanaise garde des traditions patriarcales fortes. 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Le conducteur nous dépose dans le centre-ville de Vlorë, près de la station des bus.

Le départ du bus pour Saranda, sur la Côte Ionienne est prévu à 13 heures. Nous avons près de deux heures pour nous dégourdir les jambes.

 

La Place du Drapeau, est le lieu où fut hissé le drapeau national, dès la proclamation de l'indépendance du pays en 1912.

 

Dans le plus pur style soviétique, un imposant monument est érigé au centre du parc. Le corps de Ismail Qemali fondateur de l'état, repose dans le parc.  

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

À quelques mètres, au centre de la place, la petite Mosquée Muradie (Xhamia e Muradies), est une ancienne église byzantine qui date du XVIsiècle. En ce moment, elle est fermée à la visite... Dommage !

Tout ce que propose Vlorë en terme de tourisme est concentré autour de la Place.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Il est 13 heures, le bus pour Saranda, une station balnéaire dans le sud du pays, démarre. 

À hauteur de Orikum, un port de pêche, nous quittons le littoral et nous entrons dans la région montagneuse du Parc de Llogara, notre prochain arrêt.

Nous avons décidé de faire une randonnée dans ces montagnes, oubliées par les touristes, trop pressés de profiter des plages de la Rivièra Albanaise.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Une chambre a été réservée à l'hôtel Alegria par l'intermédiaire de notre hôte, à Berat. Nous ne possédons pas une adresse précise, seulement KM35 à Kulac, un bourg dans la montagne.

 

Le chauffeur, n'est pas très coopératif, pourtant il doit connaître son trajet. Il nous dépose à une intersection isolée, en pleine nature. Le village est en direction de nulle part. Nous nous posons des questions !

Pas une maison, pas un arbre ! Enfin, une camionnette d'un autre âge, descend à flanc de colline. À notre approche, le conducteur stoppe. 

 

Je ne suis pas fâché de poser les sacs à l'arrière, puis, il nous invite à prendre place à ses côtés, sur le siège avant. Le jeune conducteur, nous amène chez une de ses connaissances, qui connait l'hébergement, à 6 kilomètres de là.

Le gars est sympathique, il attrape nos sacs et les dépose dans son véhicule. Nous nous entassons sur les sièges, et nous arrivons avec nos "2 amis", en 4X4, d'une façon originale et pittoresque. L'entrée de l'hôtel donne directement sur la route principale, l'établissement est bien signalé, avec de nombreux drapeaux... Merci le chauffeur du bus !

 

Après avoir pris possession de la chambre, nous partons pour une courte balade le long de la route. Les points de vue sont superbes sur les sommets. En haut d'une légère montée, une maison de pisé et de pierres abrite un bar.

 

Nous retrouvons notre "sauveur", le conducteur de la camionnette. Il nous accueille avec la main tendue et le sourire. Raki + raki + raki. La gentillesse, l'accueil et le sourire des albanais sont toujours au rendez-vous.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 18 septembre 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La nuit ne pouvait qu'être calme, nous sommes les seuls touristes de l'hôtel... Les seuls, aussi au petit déjeuner. Le patron n'est pas très souriant, mais l'assiette d'œufs au plat, de saucisses et de fromage nous parle !

Le plein de calories est effectué, on peut se poster sur la route, car un bus doit normalement passer en début de journée.

 

Vers 9 heures, le furgon (100 lekë par personne) qui assure le transport entre Vlorë et Himarë nous permet d'atteindre rapidement le bâtiment du Visitor Center, à 5 kilomètres, plus haut vers le col.

 

L'employée du parc nous signale qu'il ne possède pas de dépliant des randonnées, mais je prends des photos des grandes cartes, accrochées au mur.

 

Quel plaisir de retrouver les sensations de la marche, le bâton à la main.

L'entrée du sentier, qui démarre sur le bas-côté de la route, menant au Qafa e Thellë est bien signalé. L'itinéraire est long de 5 kilomètres, pour environ 2 heures de marche.

La première partie se déroule dans des prairies de fougères, puis dans la forêt. Les arbres ont des dimensions impressionnantes : des pins, des sapins et quelques chênes.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

La chaleur est écrasante. Mais très vite, au fur et à mesure que nous grimpons, l'air devient plus respirable. Le sentier, utilisé par les bergers, nous mène vers des prairies complètement pelées, jusqu'à 1 380 mètres d'altitude. De maigres buissons donnent une touche verte dans ce paysage brûlé par le froid en hiver et par le soleil en été.

Le chemin est rocailleux, mais sans aucune difficulté majeure. Sur 360°, le panorama est majestueux, les sommets des montagnes sont splendides.

 

Côté mer, pas de chance avec la météo. Le soleil est timide, la vue plongeante sur la Mer Ionienne est limitée par de la brume de mer, bien localisée sur les flots. Dommage !

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

De retour au Center Visitor, nous traversons la route, côté montagne, pour s'engager dans le sentier de la randonnée du Caesar' Pass.

 

Aucune difficulté pour cette promenade, juste un petit effort. Le chemin est pavé, la pente un peu raide n'est pas longue. Là-haut, le point de vue est magnifique sur le port de pêche de Orikum

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Nous déjeunons dans un resto, à proximité de l'entrée du centre du parc. J'observe le cuisinier affairé autour de son barbecue. En quelques minutes, la viande d'agneau est cuite. L'estomac contenté, nous effectuons un dernier petit effort en rentrant à pied à l'hôtel.

Des deux côtés de la route, la production viticole s'étend sur les coteaux. Les grappes de raisins sont prêtes à être ramassées pour la production de vin (rouge et blanc) ou la distillation du raki.

Au bord du chemin, Denise achète des figues fraîches (sucrées à souhait) pour une poignée de lekë. Les paysans du coin ont installé sur des étals, du miel, produit dans leurs ruches, et du thé de montagne. 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dimanche 19 septembre 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce matin, ce sera un cappuccino et un thé simplement. Le propriétaire de l'hôtel n'est vraiment pas agréable, nous allons écourter le séjour. 

 

À 9 heures, nous faisons un signe de la main au conducteur du furgon (200 lekë par passager) venant de Vlorë pour rejoindre Himarë.

 

La Rivièra albanaise tant attendue est à 2 heures à peine de trajet. À nous, les plages et l'eau turquoise, le maillot de bain, la serviette et les tongs... Direction le Sud !

 

Du sommet du col de Llogara qui culmine à 1045 mètres d'altitude, le panorama est saisissant. De la route SH8 et ses innombrables lacets qui serpentent jusqu'à la côte, la vue plongeante sur la Mer Ionienne est grandiose. Toujours ce bleu azuréen...

Ici, le tourisme a fait son œuvre . Les villages, dont celui de Dhërmi, à flanc de colline, ont tous des airs grecs ou italiens.

 

La Riviéra albanaise à deux visages. Le coteau, dont l'à-pic est impressionnant, plonge dans le bleu azur. Nous apercevons de belles criques naturelles, sans aucune trace de l'homme. Plus loin, de longues plages de sable s'enchaînent les unes après les autres, elles sont envahies par des transats et des parasols, le tout sans grand charme. Mais la couleur de la mer donne envie d'aller piquer une tête...

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Il est 10h30, le conducteur, nous dépose dans la station balnéaire, le long d'une esplanade, avec un accès direct à la plage... 

 

L'Hotel Billy Bar Restaurant est à 50 mètres de l'arrêt. Non répertorié dans Maps.Me, il est situé à côté d'un hôtel plus important, le Kolagi I

La propriétaire nous propose, en guise de bienvenue, un café turc et des beignets. Nous avons la chance, la vue est superbe depuis le balcon de la chambre.

 

Dès les sacs rangés, nous partons rapidement faire une balade en ville, le long de la promenade et sur le petit port. 

 

Croyants ou athés, les Albanais sont supertitieux. Une amulette pendouille toujours au rétroviseur d'une voiture, allumer une bougie ou un cierge dans un lieu de prière est courant. Mais pour lutter contre le mauvais oeil, ils pendent aux fenêtres des ours en peluche. Désarticulés, les bras ballants, un spécimen est exposé au sel de la mer et aux qatre vents, accroché au balcon d'une résidence.

Enver Hoxha et la dictature communiste avait déclaré la guerre à cette tradition ainsi qu'à la religion. Depuis 1992, ours, amulettes et fer à cheval, réapparaissent pour conjurer le mauvais sort.

 

Oui, nous avons rencontré un mafioso en Albanie ! Un ennemi public à inspiré un artiste du Street Art. Plus sérieusement, la mafia est invisible pour le touriste, mais elle est bien présente dans  le pays.

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

Nous marchons d'un bon pas sur les quais du petit port.

Les pêcheurs artisanaux, à l'arrière de leur embarcation trient, puis déchargent des dizaines de paniers chargés de poissons. La vente des poulpes, des crevettes et de poissons se fait directement sur le quai, la clientèle est composée majoritairement de restaurateurs et de quelques habitués. 

 

Pour notre balade de demain, en bout de quai, je repère le départ du sentier, qui mène à flanc de colline, à des plages au nord de la ville.

 

En fin d'après midi, nous troquons nous chaussures de marche pour les tongs... Farniente et baignade dans l'eau turquoise à Prinos Beach devant notre hôtel.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lundi 20 septembre 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre hôtesse nous sert le petit-déjeuner sur la terrasse . Pour la première fois depuis le 6 septembre, début de notre périple, nous subissons un bel orage, qui va durer jusqu'à 11 heures. Malgré tout, la chaleur est là.

Par hasard, j'ai repéré sur un blog, l'itinéraire d'un sentier côtier, jusqu'à la plage de Jalë. Le ciel est bleu azur lorsqu'on longe la jolie plage de Spile, nous arrivons à l'entrée du port de pêche.

Sur le côté de la route, l'escalier que j'ai repéré hier, mène à une école tout en haut d'une butte. On la contourne et Maps.Me fait le reste !

 

Nous avons retrouvé l'ardeur et le plaisir de la marche. Partis de la colline, nous ne cessons de descendre vers le rivage, mais rapidement, le sentier longe un filet d'eau usée, qui se déverse dans la mer. L'odeur nous "prend à la gorge" ! L'eau trouble et nauséabonde se mélange dans l'eau cristalline, à priori, dans l'indifférence générale des autorités...

 

Nous poursuivons la balade, le sentier longe des petites falaises escarpées qui dévalent vers la mer. Les criques se succèdent, le chemin dévie parfois vers l'intérieur. Nous marchons entre des murets de pierres-sèches.

Les paysages sont remarquables sur une terre d'agriculture plantée de centaines d'oliviers. Qulques temps après, nous trouvons une végétation dense, verdoyante, odorante et envahissante sur des sols laissés à l'abandon. C'est beau et ça sent bon !

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Livadhi, avec ses eaux turquoises, est la première plage depuis notre départ. Cette grande étendue de galets se situe aux pieds de la montagne. Elle est bordée par des campings, des bars-restaurants et des hôtels.

En cette fin septembre, les touristes se font rares et le calme est revenu. Un restaurateur est en train de fermer son établissement, sa réouverture est prévue en avril 2022.

 

Il faut reprendre la route sans tarder, nous marchons toujours vers le nord. Dans les prairies et sur les éperons rocheux, au-dessus des flots, l'empreinte de la folie paranoïaque d'Enver Hoxha et de son régime est encore présente !

Des bunkers de toutes tailles ressemblent à de gros champignons. Plus de 170 000 ont été construits entre 1967 et 1985 pour se protéger d'un ennemi imaginaire. Les petites constructions munies de meurtrières s'effritent au fil du temps.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

L'ancien village fortifié de Himarë, situé sur un promontoire rocheux, à 180 mètres d'altitude, offre un magnifique panorama. La minuscule plage sauvage, l'Akuarium, à l'eau au reflet émeraude, est blottie entre des falaises. Elle à tout pour être un petit paradis. Malheureusement des camping-caristes squattent les lieux, les véhicules sont garés à même les galets sur la plage.

Inadmissible, surtout quand on laisse des déchets !

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Trente minutes plus tard, nous arrivons à la plage de Jalëe, moins bétonnée que celle de Livadhi. Sa promenade est déserte, du personnel démonte les transats et les parasols. La saison est bien finie.

 

Fin de notre balade de 10 kilomètres. Il ne reste plus qu'à revenir sur nos pas et profiter des panoramas exceptionnels de la Rivièra. 

 

 

Beaucoup de restaurants sont fermés. Ce soir, nous nous rabattons sur une pizzéria voisine de notre hôtel. Petit apéritif avec du Limoncello (boisson à base de citron), une pizza chacun et un verre de raki (alcool maison) offert par le patron. Nous sommes chanceux et surtout nous disposons de beaucoup de temps... Ce qui nous permet d'approfondir la connaissance du pays et de pouvoir nouer des relations, même éphémères, avec les locaux.

Ce soir, le spectacle est gratuit avec un superbe coucher de soleil.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mardi 21 septembre 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La météo est superbe en ce début de matinée. Dernière balade le long de la promenade du bord de plage. Direction le sud, pour un petit séjour dans la station balnéaire de Sarandë... Le Saint-Tropez Albanais.

 

À 9 heures, nous montons dans un furgon climatisé (600 lekë par passager). Pas de chance ! il est bondé, il n'y a pas de places assises.

 

La vue, entre la montagne et la Mer Ionienne, est digne d'une carte postale. Des "forêts d'oliviers" sur les pentes abruptes, des maisons en pierres blanches et l'eau bleue azur. Enfin, en cours de route, une place se libère pour Denise.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

À 11 heures, le conducteur nous dépose dans le centre-ville de Sarandë, près de l'ancienne synagogue-basilique d'Anchiasmos. Des fouilles ont permis de mettre à jour des vestiges datant du Ve siècle, confirmant l'établissement d'une communauté hébraïque. Pas de reliques, peu d'informations et les mosaïques sont cachées. 

 

L'arrêt du bus-navette pour la station balnéaire de Ksamil, notre destination finale, est à deux pas. Le premier bus démarre à 6 h30, puis toutes les heures, jusqu'au dernier à 18 heures, dans un sens et dans l'autre.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Nous grimpons dans le bus (100 lekë par passager) archi-bondé. Le conducteur nous dépose dans la rue principale de Ksamil. Nous avons choisi cette ville pour sa proximité avec Butrint, un célèbre site archéologique, et aussi pour ses plages et sa tranquillité.

Le bus-navette pour le site de Butrint démarre à 7 heures, puis toutes les heures, jusqu'au dernier à 19 h30 , que se soit dans un sens et dans l'autre.

 

 

Sac sur le dos, il nous faut quelques minutes pour arriver à l'Hôtel Kléa. L'accueil est agréable et sympathique. La vue sur la mer est exceptionnelle depuis le balcon. Nous nous installons dans un grand appartement bien équipé et joliment décoré... Le grand luxe à 18 la nuit !

 

Nous changeons rapidement les chaussures pour les tongs, puis on enfile la tenue de bain et direction Paradise Beach, seulement à 800 mètres de notre logement.

La plage est calme et agréable, sûrement moins en pleine saison. Nous nous installons dans la partie libre, car une grande zone est envahit par les transats et les parasols. L'eau est limpide et propre. La petite crique de Lori, tout à côté, a les mêmes caractéristiques.

 

Repas de "gros" ce soir ! Un kilo (avec les os) d'agneau grillé- et de frites, le tout, accompagné d'un verre de vin rouge du pays.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mercredi 22 septembre 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit-déjeuner sur la terrasse ce matin, face à la Mer Adriatique.

En tenue légère, il fait un grand beau temps, nous nous postons sur la rue centrale, le lieu de départ du bus-navette qui mène au site archéologique de Butrint. Fondé par les grecs, il se trouve à une dizaine de kilomètres, en direction de la frontière grecque.

 

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

Il est encore tôt, nous sommes parmi les premiers à prendre les billets d'entrée (1 000 lekë par visiteur).

 

Classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco à la chute du régime communiste en 1992, plusieurs époques et civilisations ont marqué de leurs empreintes ce site.  La richesse archéologique est importante.

 

Le site jouit d'un écosystème exceptionnel. Coincé entre des petits monts, le Lac de Butrint et son importante zone marécageuse est relié à la Mer Ionienne par le Canal de Vivari.
 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Munis d'un plan fourni à la billetterie, nous nous engageons dans un chemin ombragé, au milieu d'une nature luxuriante.

 

Ce lieu demande un imaginaire et une âme d'archéologue, pour reconstituer les édifices en ruines... Ce que nous n'avons pas bien sûr, mais notre curiosité nous permet d'apprécier les monuments emblématiques à leur juste valeur.

 

La Tour Vénitienne est un vestige des XVet XVIsiècle, époques où les vénitiens contrôlaient l'accès à cette zone. Encore en bon état, elle est le seul témoin des anciennes murailles. C'était un poste de défense pour protéger l'Ile de Corfou.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Le Théâtre antique romain est le monument le plus célèbre du site. Il fut construit dès le IIIsiècle av.J.-C. Il pouvait accueillir 2 500 personnes. Son plancher aménagé permet d'accueillir un festival réputé. Sur un côté de la scène, des inscriptions sont gravées dans la pierre. Il s'agit d'actes d'affranchissement d'esclaves.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Le Baptistère est composé de rangées de piliers en granit. Le sol est pavé de mosaïques polychromes (rouge, noir et blanc). Les mosaïques sont recouvertes de sable et de terre pour assurer leur conservation.

À côté du baptistère se trouve les Thermes romains. Des colonnes de briques permettaient de chauffer les bains chauds. Quelques mosaïques, à l'abri dans le creux des niches, ont résisté à l'usure du temps.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Tout proche des vestiges d'une Fontaine romaine, la Grande Basilique, date de la période chrétienne. Elle a été construite au VIe siècle apr.J.-C.

Ses colonnades, dans un état de conservation remarquable, sont  impressionnantes. Le sol, était décoré de mosaïques polychromes, quelques unes sont visibles à certains endroits.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

La Porte du Lion, au nord-ouest du site, fait partie intégrante des fortifications. À l'ombre du feullage des eucalyptus gigantesques, des lauriers et oliviers aux odeurs suaves, la fortification doit son nom à son linteau en pierre. Une sculpture représente un lion attaquant un taureau. 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Le Forum romain. La place pavée de 20 mètres de largeur et de 52 mètres de long a été découverte récemment, en 2005.  Elle était ornée de statues de marbre dont deux sont exposées dans le musée.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

L'Acropole et le Musée. Il ne reste que des ruines des premières fortifications. Le Fort a été construit par les Vénitiens au XIIIsiècle. Dans le sous-sol, des reliques sont exposées dans un petit Musée.

 

À la droite du château, depuis une terrasse, nous profitond d'un panorama époustouflant sur l'embouchure du canal et sur l'ile de Corfou.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

La balade n'est pas tout à fait terminée. Face à l'entrée, un bac à traille permet le passage des véhicules et des piétons (75 lekë par passager A/R) pour visiter le Château Vénitien ou, pour les motorisés, à circuler dans le Parc Régional.

La visite du fort est rapide, il n'y a que des salles vides. Du haut des murailles, le point de vue est superbe sur le lac et ses parcs d'élevage de moules.

 

Le retour avec la navette pour Ksamil est rapide, à 13 heures nous sommes à notre logement.

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Après-midi de détente dans les eaux translucides de Beach Paradise

 

En début de soirée, petit tour vers les plages paradisiaques. Eau bleu azur et sable fin, de Bora Bora et de Ksamilit. Revers de la médaille, les transats et les parasols sont en nombre considérable, car ce ne sont que des plages privées.

En face, trois petites iles dont deux accessibles à la nage. Les plages sont désertes, nous sommes venus pour le coucher du soleil. Pas de chance, il est très discret.  

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 23 septembre 2021

 

 

 

Blue Eye - Oeil Bleu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La journée s'annonce encore très agréable ce matin, grand ciel bleu et pas de vent.

À quelques kilomètres, dans la région montagneuse, une source naturelle est devenue une attraction touristique majeure, nous allons la découvrir aujourd'hui. 

 

À l'arrêt des bus, en direction de Sarandë, nous avons le plaisir de rencontrer le jeune couple avec qui nous avons partagé le trajet en furgon en direction de Shkodër, le premier jour de notre arrivée dans le pays. Nous échangeons avec eux sur nos parcours respectifs dans le pays. Ce matin, ils vont visiter le site de Butrint

 

Nous grimpons dans le bus pour la capitale de la région. Le conducteur nous dépose au centre-ville. Le bus pour Tirana démarre à 11 heures et il est complet. Le chauffeur accepte de nous prendre (300 lekë par personne), mais nous sommmes obligés de faire les 22 kilomètres du trajet debout.  

 

Sur la route SH 78, le chauffeur nous dépose à un embranchement avec un chemin de terre. Il faut parcourir 2 kilomètres à pied pour arriver à l'Oeil Bleu (Syri I Kalter).

 

Les barrières d'un poste de péage sont levées, personne dans la guérite. Un grand nombre de véhicules nous dépassent, il va y avoir du monde !

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Le lieu est enchanteur. Dans un parc ombragé, verdoyant et luxuriant, une source d'eau surgit. La couleur bleue-verte est hors du commun, presque surnaturelle.

 

La source, profonde de 40 à 50 mètres, jaillit et donne au moment du mélange avec l'eau de la rivière, une étrange et magnifique palette de couleurs, avec en son centre, une sorte d'iris (l'oeil), magnifiée par les rayons du soleil et l'ombre des arbres environnants.

C'est la première fois que nous voyons un phénomène naturel aussi curieux.

D'une plateforme, quelques courageux baigneurs se jettent dans l'eau qui ne dépasse jamais les 13°.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

En prolongement de la source, petite flânerie sur la berge de la Rivière Bistricë.

 

Retour sur le bord de la route nationale avec l'espoir que passe rapidement un bus.

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

Les minutes passent et toujours rien. Denise tente le stop, mais un couple de touristes, originaires de l'Est se colle à nous. Ça risque d'être compliqué !

 

La chance est avec nous. Le jeune conducteur d'un camion frigorifique s'arrête et nous invite à son bord. Volubile et sympathique, il parle un anglais hésitant. Il nous offre du raisin et tout heureux de nous faire plaisir, met des chansons françaises (Dalida, Piaf...) 

Le fromage albanais a une puissance aromatique très forte, très puissante et odoriférante ! Assis dans cette cabine, nous pouvons en attester. 

 

D'une très grande gentillesse, Il s'improvise guide tout le long du parcours jusqu'à Sarandë.

Il décline notre invitation à boire un verre, car il doit livrer son chargement, exclusivement du fromage, dans les restaurants et épiceries de Sarandë.

 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

L'attente est brève à la station de bus, nous retrouvons le centre de Ksamil à 16 heures.

À cette heure de la journée, la plage de Paradise s'est vidée, les touristes sont retournés à Sarandë. La baignade, la dernière de l'année est agréable. 

À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.
À la découverte de l'ALBANIE en 2021. 1ère partie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 24 septembre 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

 

 

 

Fin de la première partie du voyage en Albanie

 

 

 

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

 

 

 

 

Deuxième partie à suivre

 

 

 

 

Girokastër

 

Permët

 

Korcë

 

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

 

 

 

 

 

Les coups de coeur de cette 1ère partie du séjour

 

 

Le trek de Valbonë à Theths.

 

La ville préservée de Berat.

 

Le séjour à Ksamil.

 

Le panorama sur la  Rivièra albanaise du Parc de Llogara à Ksamil. 

 

Le site archéologique de Butrint.

 

 

 

 

 

Les moins

 

 

. Les infrastructures routières, qui ralentissent les temps de trajet. Des axes secondaires mal entretenus et poussiéreux. Heureusement pour les locaux, de gros chantiers routiers sont en cours, dans tout le pays.

 

. Côté environnement, il y a des efforts à faire... La pollution plastique et les divers déchets sur les plages, dans les villes et dans la nature. L'écologie est loin des premières préoccupations d'une population avide de rattraper son retard.

 

Quelques municipalités font de gros efforts comme Bérat.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de claudenise
  • : Récit de voyages et photos de deux globe-trotters retraités. Nous sommes deux amoureux de voyage. Un an après notre mariage, visite de l'Espagne en ... 1976. Les années suivantes, c'est le grand saut. Safari photo au Kenya, puis la Birmanie et la Thaïlande. Le virus nous ronge ! on le transmet à nos enfants... Cuba, le Costa Rica, New-York, Moscou et de nombreuses autres destinations, mais toujours en esprit nomade ! Pour garder une trace de nos pérégrinations, la création d'un blog s'impose. Lire et relire nos articles les plus anciens. Faire partager à nos enfants et nos amis les beaux paysages, les rencontres et l'histoire des pays visités. Si comme nous vous êtes curieux, ouvrez les articles et que le voyage commence...
  • Contact

Recherche

Liens